Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les promesses de Hollande à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

France-Afrique : un rapport parlementaire très critique appelle à une nouvelle politique africaine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "Faire de 'Je suis Charlie' une religion me dérange"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

Asie - pacifique

Contestation en Thaïlande : de nouvelles victimes, l’armée prête à agir

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 28/12/2013

Neutre jusqu’à présent, l’armée n’exclut plus d’intervenir en Thaïlande, alors que la nuit du 27 au 28 décembre a été marquée par une nouvelle victime - la troisième en deux jours -, tuée par des tirs d’origine inconnue.

Des manifestations de la nuit du 27 au 28 décembre, il ne reste que des impacts de balle et une tache de sang, celle d'un manifestant tué par des tirs à balle réelle d'origine inconnue. Comme des centaines de Thaïlandais, la victime campait près du siège du gouvernement. Trois autres personnes ont été blessées mais la police rejette toute implication.

Ce drame est le troisième en deux jours. Il intervient après plus d'un mois de manifestations massives en Thaïlande pour demander le départ de la Première ministre Yingluck Shinawatra. Elle est accusée d'être la marionnette de son frère, l'ancien président en exil et milliardaire Thaksin Shinawatra.

Vers un nouveau coup d’État de l’armée ?

Pour sortir de l'impasse, la chef du gouvernement a convoqué des élections législatives anticipées qui, selon la Constitution, doivent avoir lieu dans les 60 jours après la dissolution du Parlement, soit d'ici le 9 février 2014. En face, l'opposition exige un délai de 18 mois et le remplacement du gouvernement par un "Conseil du peuple" non élu, ainsi que des réformes. Cette semaine, les opposants n’ont pas hésité à lancer plusieurs manifestations pour empêcher les candidats de se présenter.

Dernier recours face au chaos politique, l'armée a exhorté les parties à la retenue. Déjà appelée à la rescousse pour mettre fin aux troubles en 2006, elle ne compte pas intervenir dans l’immédiat mais n’exclut pas de devoir à nouveau jouer le rôle d'arbitre. "La porte n'est ni ouverte ni fermée", a répondu le général Prayuth Chan-ocha, chef d'état-major des armées, lorsque des journalistes l'ont interrogé sur l'éventualité d'un coup d'État militaire.

"Tout peut arriver. Cela dépend de la situation. Nous essayons de faire ce qui est juste, de manière pacifique, et nous appelons à la négociation", a-t-il indiqué.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 28/12/2013

  • MANIFESTATION

    Thaïlande : un policier tué, les législatives menacées

    En savoir plus

  • THAÏLANDE

    Des milliers de manifestants à Bangkok, appel au boycott des législatives

    En savoir plus

  • MANIFESTATIONS

    Thaïlande : l'opposition exige l'arrestation du Premier ministre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)