Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

SUR LE NET

San Francisco : une nouvelle agression liée aux Google Glass

En savoir plus

FOCUS

Les Taïwanais divisés vis-à-vis de la Chine

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Cuisine durable

En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

  • Un an après les attentats, Boston rend hommage à ses victimes

    En savoir plus

  • L'incendie de Valparaiso pourrait encore durer plusieurs jours

    En savoir plus

Greenpeace: des militants amnistiés demandent des excuses à la Russie

AFP

Des militants de Greenpeace, parmi les trente bloqués pendant trois mois Russie après une action dans l'Arctique avant d'être amnistiés, ont demandé des excuses, dénoncé une

Des militants de Greenpeace, parmi les trente bloqués pendant trois mois Russie après une action dans l'Arctique avant d'être amnistiés, ont demandé des excuses, dénoncé une "agression dénuée de sens" et annoncé la poursuite de la lutte pour sauver l'Arctique.La militante argentine de Greenpeace Camila Speziale devant une banderole la célébrant comme une "héroïne de la glace", le 28 décembre à l'aéroport de Buenos Aires

Des militants de Greenpeace, parmi les trente bloqués pendant trois mois Russie après une action dans l'Arctique avant d'être amnistiés, ont demandé des excuses, dénoncé une "agression dénuée de sens" et annoncé la poursuite de la lutte pour sauver l'Arctique.

Camila Speziale, une militante argentine de Greenpeace amnistiée par la Russie, a estimé samedi que Moscou devait des excuses aux 30 membres de l'équipage de l'association arrêtés.

"La Russie nous doit des excuses à tous", a-t-elle affirmé à des journalistes à son arrivée à l'aéroport international d'Ezeiza, près de Buenos Aires, en compagnie d'un autre militant argentin de Greenpeace, Hernan Perez Orsi.

Camila Speziale, 21 ans, a notamment raconté avoir particulièrement mal vécu "l'isolement qui s'est ajouté à un fort sentiment d'injustice".

Ces deux militants et 28 autres membres de l'équipage du navire de Greenpeace Arctic Sunrise, dont quatre Russes, avaient été arrêtés le 19 septembre après une action contre une plateforme pétrolière de Gazprom dans l'Arctique visant à dénoncer les risques de l'exploitation d'hydrocarbures dans cette zone aux écosystèmes particulièrement fragiles.

Cette action leur a valu d'être dans un premier temps inculpés de piraterie, un crime passible de 15 ans de prison maximum. Ce chef d'inculpation a été requalifié par la suite en "hooliganisme", délit qui leur faisait encourir jusqu'à sept ans de détention.

D'abord détenus à Mourmansk, au-delà du cercle polaire, ils avaient été ensuite transférés à Saint-Pétersbourg, avant d'être remis en liberté sous caution en novembre et finalement de bénéficier d'une amnistie votée la semaine dernière par le Parlement russe à l'occasion des 20 ans de la Constitution.

Hernan Perez Orsi, âgé de 40 ans, a dénoncé "une agression démesurée et violente dénuée de sens" de la part des autorités russes. "Ils ont voulu faire de nous un exemple, des boucs-émissaires".

"Tous savaient que nous étions complètement innocents. Ils m'ont enlevée de manière illégale dans les eaux internationales, pas en Russie. Nous avons accepté l'amnistie parce que c'était le seul moyen de revenir", a poursuivi Camila Speziale.

Après avoir mis fin officiellement aux poursuites les visant, la Russie a délivré jeudi et vendredi des visas à tous les ressortissants non-russes. Interpellés en mer par un commando des forces russes, ils ne disposaient en effet pas de visa d'entrée sur le territoire russe, ce qui les empêchait aussi de le quitter.

La seule militante brésilienne du groupe des 30, a affirmé samedi à son arrivée à Porto Alegre (sud du Brésil) qu'elle allait "continuer" sa lutte.

"Je vais continuer à travailler et à naviguer. Si j'ai accepté les risques, c'est parce que cela valait la peine. La Russie a dû admettre que nous ne sommes pas des pirates", a déclaré Ana Paula Maciel, biologiste de 31 ans, à la presse à l'aéroport de Porto Alegre, déployant une affiche "Sauvez l'Arctique. Greenpeace".

"En réalité, on ne sait pas quel a été le but de la Russie avec cette réaction exagérée. Notre action n'était pas contre la Russie mais contre l'industrie pétrolifère (...) La seule manière dont ils pouvaient s'en sortir, c'était de nous amnistier", a ajouté la Brésilienne en estimant qu'elle et ses collègues n'avaient "commis aucun délit".

Première publication : 28/12/2013