Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Berlusconi condamné à rester avec des gens de son âge"

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Nigeria : un "colosse" économique face au défi sécuritaire (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Nigeria face à Boko Haram

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ali Benflis répond aux attaques d’Abdelaziz Bouteflika

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Chine : la croissance ralentit à 7,4% au premier trimestre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans l'ombre de Bouteflika"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Booty Looting", un pillage chorégraphié de Wim Vandekeybus

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Bras de fer entre Washington et Téhéran autour d’un ambassadeur

En savoir plus

  • En images : des centaines de disparus après le naufrage d’un ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • En direct : démonstration de force des pro-Russes dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

  • Les Brésiliens de Mineiro ne veulent pas de Nicolas Anelka

    En savoir plus

  • La police de New York ferme une unité secrète chargée d'espionner les musulmans

    En savoir plus

  • Démission du puissant chef des renseignements saoudiens

    En savoir plus

  • "Injustices et corruption alimentent le cycle de violences au Nigeria"

    En savoir plus

  • Vladimir Poutine : "L'Ukraine est au bord de la guerre civile"

    En savoir plus

  • Violences sexuelles dans l'armée : Le Drian prône la "tolérance zéro"

    En savoir plus

  • Coupe d'Espagne : une finale Barcelone-Madrid sans Ronaldo

    En savoir plus

  • La justice indienne reconnaît l’existence d’un troisième genre

    En savoir plus

  • Kiev passe à l'offensive contre les pro-russes dans l'Est

    En savoir plus

  • Ali Benflis : "La présidence à vie en Algérie, c’est terminé"

    En savoir plus

  • Les prisonniers d'Abou Ghraib transférés face à la menace djihadiste

    En savoir plus

  • Des travaux d'intérêt général pour Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • Vidéo : Yasmina Khadra appelle les Algériens à "chasser" le régime

    En savoir plus

  • Réforme des régions : la Bourgogne et la Franche-Comté sur la voie de la fusion

    En savoir plus

  • Reportage : à Horlivka, les insurgés s'emparent des bâtiments officiels

    En savoir plus

Moyen-Orient

Le démantèlement de l’arsenal chimique syrien a pris du retard, selon l’ONU

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2013

Samedi soir, les Nations unies ont estimé que le délai du 31 décembre fixé par la communauté internationale pour transférer les armes chimiques syriennes hors du pays ne serait pas tenu. L’ONU appelle le régime à intensifier sa coopération.

Samedi 28 décembre, l’ONU a estimé qu’il était "peu probable" que la Syrie parvienne à respecter la date butoir du 31 décembre, fixée par la communauté internationale, pour que le pays se débarrasse de ses agents chimiques les plus dangereux.

Les Nations unies et l’Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont cependant concédé que d'"importants progrès" avaient été effectués par le régime. Ils ont toutefois appelé le président syrien Bachar al-Assad à "intensifier les efforts" pour accélérer le processus de destruction de son arsenal d’armes chimiques dans les délais convenus.

Ces opérations, qui prévoient la destruction de l’arsenal syrien pour le 30 juin, ont déjà été fortement ralenties en raison de problématiques sécuritaires liées à la guerre civile qui ravage le pays.

"Les préparations se poursuivent pour le transport de la plupart des matériaux chimiques dangereux de la République arabe de Syrie en vue de leur destruction à l'extérieur (du territoire). Toutefois, le transport des agents les plus dangereux avant le 31 décembre est peu probable", ont expliqué les deux organismes dans un communiqué conjoint.

De multiples facteurs expliquent les retards

Le conflit entre partisans de Bachar al-Assad et rebelles n’est pas la seule raison du retard accumulé dans ce processus. Des problèmes logistiques et météorologiques ont également perturbé le transport de certains agents chimiques vers le port de Lattaquié, sur la côte syrienne.

Des diplomates de l’ONU ont également confié que certaines modalités du processus de destruction n'avaient pas encore été réglées.

Le démantèlement du stock d'armes chimiques de la Syrie a été acté suite à la négociation d'un accord entre la Russie et les États-Unis, le 14 septembre 2013.

Cette entente a permis d’éviter une action militaire que les État-Unis comptaient mener avec la France pour sanctionner le régime de Bachar al-Assad à la suite d’une attaque meurtrière au gaz sarin le 21 août près de Damas.

Avec AFP

 

Première publication : 28/12/2013

  • SYRIE

    Les États-Unis détruiront en mer une partie de l'arsenal chimique syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'OIAC adopte le plan de destruction de l'arsenal chimique syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il sera très compliqué de détruire l'arsenal chimique syrien en peu de temps"

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)