Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Liban va acheter pour 2,2 milliards d’euros d’armement à la France

© AFP - François Hollande et Michel Sleimane à Nice, en septembre 2013.

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/12/2013

Le président libanais Michel Sleimane a annoncé qu’une aide de l’Arabie saoudite de 2,2 milliards d’euros permettrait au pays de renforcer son armée. Ce financement est destiné à acheter de l’armement français.

Dimanche, le président libanais Michel Sleimane a annoncé que l’Arabie saoudite avait décidé de verser une aide de 3 milliards de dollars (2,2 milliards d’euros) pour que le Liban puisse renforcer son armée. Ces fonds devront être utilisés pour acheter de l’armement français, a précisé Sleimane.

"Il s'agit de l'aide la plus importante dans l'histoire du Liban et de l'armée libanaise", a-t-il annoncé dans une intervention diffusée sur les télévisions libanaises.

"Le roi saoudien a décidé d'octroyer une importante aide au Liban d'une valeur de trois milliards de dollars alloués à l'armée libanaise pour renforcer ses capacités. […] Les armes seront achetées de l'État français dans les plus brefs délais vu les relations historiques qui le lient au Liban et à l'étroite coopération militaire entre les deux pays", a poursuivi le président libanais.

L’accord, négocié en marge d’une rencontre diplomatique entre le roi Abdallah d’Arabie saoudite et le président français François Hollande, s’inscrit dans la logique géopolitique de l’Arabie saoudite. Le royaume sunnite n’a jamais caché son aversion pour le Hezbollah chiite ainsi que pour le régime de Damas, en Syrie.

Une armée peu équipée en armement moderne

En visite officielle à Riyad, le président français François Hollande s’est engagé à répondre à toutes les demandes de fournitures d’équipement de l’armée libanaise.

"J'ai des relations avec le président Sleimane [...] et s'il y a des demandes qui nous sont adressées, nous les satisferons", a-t-il déclaré au cours d'une conférence de presse en fin de journée.

Michel Sleimane n’a cependant pas précisé le type d’armes que comptait acquérir le Liban auprès de la France. Les forces armées libanaises sont actuellement confrontés à de nombreux défis.

Outre sa mission de défense du territoire, l’armée est également chargée de soutenir les forces de police dans les missions de maintien de l’ordre, alors que le pays est confronté à des violences entre les différentes communautés qui le composent.

Vingt-trois ans après la fin de la guerre civile, l’armée du Liban est faiblement équipée en armement modernes. Elle dispose de transports de troupe américains, de chars soviétiques et de canons mais ne compte par exemple aucun hélicoptère de combat.

Au cours des dernières années, elle a reçu plusieurs aides en provenance des États-Unis et de la France, mais aucune ne comprenait la livraison d’armes lourdes.

Avec AFP

Première publication : 29/12/2013

  • DIPLOMATIE

    Riyad et Paris soulignent leur "convergence" sur les crises régionales

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    François Hollande en Arabie saoudite sur fond de crises au Moyen-Orient

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Interdiction de conduire : les Saoudiennes redémarrent au quart de tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)