Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Pour une Europe du peuple"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

Moyen-Orient

Le Hezbollah conspué aux obsèques de Mohammad Chatah

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2013

L’ancien ministre libanais Mohammad Chatah, assassiné lors d’un attentat à Beyrouth vendredi, a été enterré dimanche dans la capitale libanaise. Chatah était connu pour sa farouche opposition au régime de Damas et au Hezbollah.

L’ex-ministre libanais des Finances Mohammad Chatah, l’un des "cerveaux" de la coalition dite du "14 mars" connue pour son hostilité au régime de Bachar al-Assad, a été enterré dimanche 29 décembre à Beyrouth. Il avait été assassiné deux jours plus tôt lors d’un attentat perpétré contre son convoi.

La cérémonie, placée sous haute sécurité, a été marquée par de violentes diatribes à l’encontre du parti chiite Hezbollah, allié de Damas.

Les centaines de personnes réunies pour ces funérailles ont scandé "Hezbollah, ennemi de Dieu !" ou encore "Hezbollah terroriste !". L’assassinat de Chatah pourtant considéré comme un modéré a amplifié les divisions au Liban entre détracteurs et partisans du régime syrien, mais également les tensions confessionnelles qui existent déjà entre les chiites représentés par le Hezbollah et les sunnites menés par l'ex-Premier ministre Saad Hariri.

La coalition du "14 mars" veut "libérer le pays"

Cet assassinat fait par ailleurs réapparaître l'inquiétude autour d'une éventuelle reprise des attentats ciblés qui ont empoisonné le pays ces dernières années. Chatah est la neuvième personnalité publique hostile au Hezbollah et à Damas à avoir été abattue depuis 2005.

À l’occasion de ces funérailles, les membres de la coalition se sont montrés particulièrement critiques à l’endroit du Hezbollah. Ils se sont engagés à "libérer" le pays de l'arsenal "illégitime" du parti, qui constitue le principal point de discorde entre les deux camps. Le Hezbollah refuse d’envisager de déposer les armes afin de pouvoir continuer sa lutte contre l’État d’Israël.

"Nous avons décidé de libérer le pays de l'occupation des armes illégitimes pour préserver son indépendance, sa souveraineté et sa paix civile", a martelé Fouad Siniora, l’une des têtes de proue de la coalition.

Avec AFP
 

Première publication : 29/12/2013

  • ISRAËL

    Des roquettes tirées du Liban tombent en Israël, Tsahal riposte

    En savoir plus

  • LIBAN

    Attentat à Beyrouth : Hariri accuse implicitement le Hezbollah

    En savoir plus

  • LIBAN

    Une voiture piégée explose près d'une position du Hezbollah

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)