Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"On ne revient jamais vraiment d'Auschwitz"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La victoire de Syriza fait rêver l'extrême gauche et le Front national

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Spécial Grèce : Dimitris Kourkoulas et Yiorgos Tsipras

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Taux de croissance en Chine : "7,4%, c'est un taux de croissance dont on rêverait!"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Ray Lema, musicien engagé

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Sport féminin : comment améliorer la visibilité des sportives dans les médias ? (partie 1)

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Terrorisme en Europe : comment concilier sécurité et libertés ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Riyad et Paris soulignent leur "convergence" sur les crises régionales

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 29/12/2013

En déplacement en Arabie saoudite, le président français François Hollande a évoqué les crises régionales avec le roi Abdallah, dimanche. Sa visite doit également permettre de conclure des accords commerciaux entre les deux pays.

À l’issue d’un entretien, dimanche 29 décembre, avec le président français François Hollande, le roi Abdallah d’Arabie saoudite a souligné la "convergence" des positions des deux pays sur l’ensemble des crises que traverse la région, a indiqué l’entourage de la présidence française.

"Le roi Abdallah a manifesté son inquiétude, voire son anxiété à propos des crises régionales – l'Iran, la Syrie, le Liban et l'Egypte – et a salué la position courageuse de la France sur ces principaux dossiers", a-t-on expliqué.

Toujours selon l’entourage de François Hollande, le roi Abdallah a accusé le président syrien Bachar al-Assad d'avoir "détruit son pays", en pavant le chemin aux "extrémistes islamistes".

L’Arabie saoudite est l’un des principaux soutiens à l’opposition syrienne. Ce dimanche, les autorités saoudiennes ont décidé de fournir une aide de 3 milliards de dollars (2,2 milliards d'euros) à l'armée libanaise, a annoncé le président libanais Michel Suleiman. 

Entente diplomatique et perspectives commerciales

François Hollande était arrivé quelques heures plus tôt en Arabie saoudite pour évoquer différents dossiers régionaux, parmi lesquels la Syrie et l’Iran, avec les dirigeants saoudiens.

Accueilli par le prince héritier Salmane ben Abdel Aziz, il s’est ensuite entretenu avec le roi Abdallah dans son luxueux palais de Rawdat Khurayim, à 60 km au nord-est de Riyad, en plein désert.

Cette visite officielle, qui se tient deux jours après un attentat sanglant à Beyrouth et alors que l’Égypte bascule à nouveau dans la violence, doit également permettre aux deux pays d’aborder leurs relations commerciales.

Le président français, accompagné de quatre ministres, Laurent Fabius (Affaires étrangères), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Nicole Bricq (Commerce extérieur) et Jean-Yves Le Drian (Défense), a également fait le déplacement avec une trentaine de dirigeants d'entreprises parmi lesquelles EDF, Areva, Alstom et Thales.

La visite de François Hollande en Arabie saoudite doit se poursuivre par une rencontre avec l’ancien Premier ministre libanais Saad Hariri et le chef de l'opposition syrienne Ahmed Jarba.

Avec AFP

Première publication : 29/12/2013

  • DIPLOMATIE

    François Hollande en Arabie saoudite sur fond de crises au Moyen-Orient

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Interdiction de conduire : les Saoudiennes redémarrent au quart de tour

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)