Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Violence au Burundi : la crainte de l'escalade

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tour d'horizon des initiatives d'aide aux migrants et réfugiés qui sont lancées en France

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants : L'Europe indignée, l'Europe impuissante ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La crise des ordures au Liban : un raz-le-bol exacerbé

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses du palais de l'Élysée

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : quelle est l'influence de l'extrême droite ?

En savoir plus

TECH 24

IFA 2015 : retour vers le futur

En savoir plus

MODE

Quand la lingerie triomphe !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : avec les migrants face au "rideau de fer" hongrois

En savoir plus

Amériques

La canicule en Argentine fragilise davantage Cristina Kirchner

© Compte Tweeter de Tele13 ‏

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/12/2013

Excédés par les coupures de courant liées à la canicule, qui s'abat depuis une semaine sur l'Argentine, les habitants de Buenos Aires sont descendus dans la rue pour dénoncer la politique énergétique du gouvernement de Cristina Kirchner.

Depuis une semaine, le mercure avoisine les 40 degrés en Argentine. Dans la moitié des quartiers de Buenos Aires, la vague de chaleur a entraîné des coupures de courant qui ont provoqué la colère des habitants. Privés d’électricité, ils sont descendus dans la rue, casseroles à la main, pour dénoncer ces dysfonctionnements, dus au système électrique qui ne parvient pas à répondre à une demande d’énergie record.

Largement soutenus par l’opposition, les Argentins mécontents s'élèvent contre ces failles de la politique énergétique du gouvernement.

Kristina Kirchner fragilisée

D’après les manifestants, les mesures visant à bloquer les tarifs ont entraîné une hausse de la consommation qui empêche les distributeurs de répondre correctement à la demande.

Ces dernières manifestations coïncident avec le remaniement ministériel, opéré par la présidente Cristina Kirchner. Déjà fragilisée par les grèves des policiers de province et les pillages du mois de décembre, cette nouvelle vague de mécontentement, fragilise un peu plus la présidente argentine.

Images de manifestations dans les rues de Buenos Aires en raison des pannes d'électricité
© Compte Twitter @LesNews

Première publication : 30/12/2013

  • Argentine

    La grève de la police sème la zizanie

    En savoir plus

  • ARGENTINE

    Les pilleurs profitent de la grève des policiers en Argentine

    En savoir plus

  • LÉGISLATIVES ARGENTINES

    Argentine : le parti de la présidente Kirchner accuse plusieurs revers

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)