Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Présidentielle américaine : la percée des outsiders

En savoir plus

LE DÉBAT

Révision constitutionnelle en France : pari gagné pour le gouvernement ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Révision constitutionnelle en France : pari gagné pour le gouvernement ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

UberPOP devant la justice en France

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"470 000 morts en Syrie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Areva / Uramin, un scandale d'État"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hillary : "do you feel the Bern" ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

La perpétuité requise contre Hissène Habré à Dakar

En savoir plus

ICI L'EUROPE

En Irlande sur les traces de l’agriculture européenne "réformée"

En savoir plus

Afrique

RD Congo : prise d'otages et tirs nourris à Kinshasa

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 30/12/2013

Des tirs intenses ont éclaté lundi à l'aéroport et un campement militaire de Kinshasa, la capitale congolaise, selon des témoins, peu après la prise de contrôle de la télévision d'État par des hommes armés, qui détiennent des journalistes.

De nombreux coups de feu ont retenti lundi 30 décembre à Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo. Dans la matinée, une prise d'otages était en cours au siège de la Radio-télévision nationale congolaise. Des journalistes sont retenus par des hommes armés notamment de machettes, selon la police, qui s'est déployée pour les déloger. Ils ont déjà été cernés", a déclaré à l'AFP le colonel Mwana Mputu, en charge de la communication des forces de l'ordre.

Quelques minutes après, des tirs intenses ont retenti à l'aéroport de Ndjili à Kinshasa, d'après un responsable des douanes cité par Reuters. "Ils ouvrent le feu partout", a dit le responsable. "Nous nous cachons tous." Des témoins font par ailleurs état de tirs du côté d'un camp militaire.

D’après un journaliste congolais interrogé sur FRANCE 24, Adam Shemisi, la situation demeurait assez confuse lundi en fin de matinée. "On ne sait pas si ces tirs (ceux de l’aéroport et du camp militaire) sont liés à l’attaque de la RTNC", indique-t-il. Il affirme par ailleurs avoir eu au téléphone le ministre de la Communication, Lambert Mende, qui lui a assuré que "le groupe a été neutralisé" et que "la situation s’est calmée" autour la RTNC. "Les militaires et la police patrouillent sur les grandes avenues pour tenter de déloger les assaillants", lui a encore dit le ministre, qui les qualifie de "terroristes".
 

Message anti-Kabila

Le signal de la RTNC a été coupé peu après la prise d'otages. Avant la coupure, les images montraient les deux jeunes présentateurs de l'émission en cours, "Le Panier". Ils étaient assis, effrayés mais calmes, avec derrière eux un jeune homme menaçant et transpirant. Avant l'arrêt des transmissions des chaînes publiques, deux hommes ont eu le temps de prononcer devant les caméras un message apparemment orienté contre le gouvernement du président Joseph Kabila, d'après Reuters."Gideon Mukungubila est venu vous libérer de l'esclavage des Rwandais", peut-on lire dans une retransmission du message. "Nous vérifions l'information, car c'est peut-être une tentative pour nous duper", a pour sa part réagi le ministre de la Communication Lambert Mende, cité par Reuters.

"Gideon Mukungubila est connu à Kinshasa comme un prophète de dieu qui a toujours condamné ou lancé des attaques verbales contre le pouvoir, explique Adam Shemisi. Il conteste tout ce que le pouvoir en place fait. On se demande comment il a pu mettre en place cette milice pour qu’elle arrive à prendre en otage des journalistes."

Il a été candidat à l'élection présidentielle en 2006, lors de laquelle Joseph Kabila a remporté un nouveau mandat. Le "prophète de l'Eternel", connu pour son hostilité envers l'accord de paix signé ce mois-ci avec les rebelles tutsis du M23 dans l'est de la RDC, accuse le gouvernement congolais d'avoir cédé devant les intérêts des Tutsis et les pressions du Rwanda voisin.

Voici deux vidéos de l'attaque à la télévision publique. Sur la seconde vidéo, un homme apparaît rapidement avec ce qui pourrait être une arme à 1’30.

Panique dans la ville

Entre 09h00 et 09h30 (08h30 GMT), une journaliste a entendu plusieurs tirs d'arme lourde. Un chauffeur de taxi de Kinshasa a pour sa part évoqué "plusieurs tirs d'arme lourde, six à sept tirs". Selon lui et un autre habitant, ces tirs étaient localisés vers le camp Tshatshi, à une dizaine de kilomètres de la RTNC et du Palais du peuple, siège du gouvernement congolais.

Dans la ville, la panique a saisi les habitants. "Il n'y a pas de circulation, plus de véhicules (...) C'est la panique dans la ville, les gens se demandent ce qui se passe", a déclaré à l'AFP un jeune homme dans la zone.

"Il y a des policiers, des militaires et des gardes républicains (chargés de la protection du président Joseph Kabila) un peu partout près de la RTNC et du Palais du peuple", juste à côté de la télévision publique, a-t-il ajouté.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 30/12/2013

  • RD CONGO

    L'ONU dénonce un massacre dans le Nord-Kivu

    En savoir plus

  • RD CONGO

    Kinshasa et les rebelles du M23 enterrent la hache de guerre

    En savoir plus

  • RD CONGO

    RD Congo : l'ONU pilote des drones depuis Goma pour surveiller le Kivu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)