Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Afrique

Soudan du Sud : qui sont les mystérieux combattants de l’Armée blanche ?

© AFP

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 30/12/2013

Alors que le Soudan du Sud est en proie à de violents affrontements entre armée régulière et forces rebelles, des miliciens à l’identité méconnue prennent part aux troubles. Parmi eux, 25 000 soldats formant l’"Armée blanche".

Au Soudan du Sud, une mystérieuse milice, surnommée "Armée blanche", s’invite dans le conflit qui oppose depuis le 15 décembre les forces fidèles au président Salva Kiir et les rebelles rangés du côté de l’ex-vice président Riek Machar. Dimanche 29 octobre, des soldats de cette armée auraient affronté l’armée loyaliste aux abords de la ville de Bor, située dans l’État de Jonglei. Mais qui sont donc les membres de cette milice, redoutée dans la région pour sa brutalité ? Certains soulignent des liens étroits avec Riek Machar, en revanche d’autres la considèrent comme indépendante.

L’Armée blanche, dont le nom rappelle la couleur de la cendre qui recouvre les soldats pour les protéger des insectes, serait en effet, pour beaucoup, acquise à Riek Machar, ancien bras droit du président, tombé en disgrâce l’été dernier. Et pour cause, ces soldats, au nombre de 25 000 selon les militaires sud-soudanais, sont majoritairement issus de la tribu des Nuer, la même que celle du chef rebelle.

Rivalités anciennes entre les ethnies Nuer et Dinka

Des origines tribales communes qui les auraient rapprochés dans les années 1990. Les militaires "blancs" étaient alors de simples éleveurs, tentant de protéger leur bétail contre les tribus rivales. Lors de l’intensification de la crise soudanaise, ils auraient pris les armes et rallié les forces de Riek Machar. En novembre 1991, à Bor, l’Armée blanche aurait participé au massacre de l’ethnie Dinka, celle du président Salva Kiir, majoritaire dans ce pays qui en compte au total 250.

Cette milice, que certains experts français confessent ne pas connaître, verrait aujourd’hui d’un mauvais œil l’appartenance du président sud-soudanais à l’ethnie adverse. "Ces rivalités renvoient à des périodes très troubles. Il n’y a aucune unité ethnique au Soudan du Sud", explique Michel Raimbaud, ancien ambassadeur de France au Soudan et auteur de "Le Soudan dans tous ses états".

Un soutien "pratique" pour Riek Machar

Cette proximité avec le guérillero Machar est cependant nuancée par Joe Contreras, un porte-parole des Nations unies. Ces hommes "sont des sympathisants de Machar, mais ne semblent pas obéir à ses ordres", explique-t-il à la BBC. "Armés de machettes et de gourdins, ils n’ont reçu aucune formation militaire."

Une analyse crédible, selon Michel Raimbaud : "C’était peut-être jusqu’alors une milice dormante, qui obéit à un chef de guerre". De leur côté, les rebelles de Machar se défendent de tout lien avec cette armée qui, selon eux, ne leur a pas prêté allégeance, assurant qu’il s’agit d’une "force organisée de façon indépendante". Une position que Michel Raimbaud décrit comme confortable : "C’est bien possible que l’Armée blanche ne soit pas sous leurs ordres, néanmoins, elle est de la même mouvance que les pro-Machar, et sur le terrain elle sert aussi ses intérêts. C’est donc très pratique pour Riek Machar de nier tout lien avec eux, de ce fait il n’a pas à répondre de leurs actes".

Première publication : 30/12/2013

  • CONFLIT

    Le président sud-soudanais se dit prêt à un cessez-le-feu "immédiat"

    En savoir plus

  • SOUDAN DU SUD

    "La partition du Soudan, voulue par Washington, est une catastrophe"

    En savoir plus

  • EXCLUSIF

    Soudan du Sud : "La police regardait ceux qui se faisaient tuer"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)