Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

Moyen-Orient

Retard dans le processus de destruction des armes chimiques syriennes

© AFP/ Archives

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 31/12/2013

Du retard a été pris dans le processus de destruction de l'arsenal chimique syrien et la date butoir du 31 décembre pour l'évacuation des agents chimiques du pays sera probablement dépassée.

La date butoir du mardi 31 décembre, fixée pour l'évacuation de Syrie des agents chimiques les plus dangereux, sera probablement dépassée. Un retard que l'ONU et l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques [OIAC], chargées de l'opération de destruction de l'arsenal chimique du pouvoir syrien, avaient déjà annoncé samedi.

"Les préparations se poursuivent pour le transport de la plupart des matériaux chimiques dangereux de la République arabe de Syrie en vue de leur destruction à l'extérieur [du territoire]. Toutefois, le transport des agents les plus dangereux avant le 31 décembre est peu probable", ont déclaré l'ONU et l'OIAC dans un communiqué commun.

Outre les problèmes de sécurité dus au conflit en cours en Syrie, des difficultés logistiques et le mauvais temps ont retardé le transport des agents chimiques vers le port syrien de Lattaquié, ont indiqué les deux organisations.

Les navires rappelés à Chypre

Deux navires militaires devant escorter l'arsenal chimique syrien vers l'Italie en vue de sa destruction en mer ont ainsi été rappelés lundi 30 décembre à Chypre, le processus ayant pris du retard, a annoncé un porte-parole.

De son côté, la frégate norvégienne HNoMS Helge Ingstad a reçu l'ordre de regagner le port chypriote d'où elle avait appareillé, a déclaré un responsable norvégien des relations publiques, Lars Hovtun. L'autre navire, un bâtiment danois, a en outre été rappelé.

Le porte-parole n'a pas donné de date pour un prochain départ des navires vers la Syrie. "Nous sommes toujours en état d'alerte renforcée pour partir vers la Syrie", a-t-il déclaré. "Nous ne savons toujours pas quand exactement les ordres arriveront."

Destruction des agents les plus dangereux sur un navire américain

La destruction des agents chimiques les plus dangereux sera réalisée dans les eaux internationales sur un navire spécialisé de la Marine américaine, le MV Cape Ray.

Deux cargos, escortés par les navires militaires norvégien et danois, doivent charger les agents chimiques au port de Lattaquié. Ils les transporteront ensuite vers un port italien, où ils seront embarqués sur le bâtiment américain.

Les cargos retourneront alors à Lattaquié pour charger les derniers agents chimiques, moins dangereux, qui doivent être détruits par des sociétés.

Destruction de la totalité de l'arsenal prévue en juin 2014

Le plan de destruction de l'arsenal chimique syrien résulte d'un accord russo-américain qui a permis d'éviter des frappes militaires américaines en Syrie, après une attaque chimique mortelle survenue en août près de Damas. 

Washington attribue cette attaque au pouvoir du président Bachar al-Assad, mais Damas, soutenu par la Russie, rejette toute responsabilité dans cette attaque et en accuse la rébellion armée.

Le plan russo-américain approuvé par l'ONU prévoit que la totalité de l'arsenal chimique syrien soit détruite au 30 juin 2014.

Avec AFP

Première publication : 31/12/2013

  • SYRIE

    Les États-Unis détruiront en mer une partie de l'arsenal chimique syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    L'OIAC adopte le plan de destruction de l'arsenal chimique syrien

    En savoir plus

  • SYRIE

    "Il sera très compliqué de détruire l'arsenal chimique syrien en peu de temps"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)