Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Asie - pacifique

Vœux 2014 : Kim Jong-un salue l'élimination de la "saleté factieuse"

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 01/01/2014

Kim Jong-un a pour la première fois évoqué l'exécution de son oncle, lors de ses vœux pour 2014. Il a ensuite souhaité une amélioration des relations avec le Sud tout en brandissant la menace d'une guerre nucléaire.

La tradition veut qu’au nouvel an, les chefs d’État présentent leurs vœux. Ceux de Kim Jong-un, le dirigeant de la Corée du Nord, ont été particulièrement remarqués pour ce cru 2014.

Lors de son allocution, le troisième représentant de la dynastie au pouvoir depuis 1948 a pour la première fois évoqué l’exécution de son oncle et mentor, l’ex-numéro deux du pays, Jang Song-thaek. Même s’il ne l’a pas explicitement nommé, il a salué une "mesure ferme pour se débarrasser de la saleté factieuse qui avait imprégné le parti". Jang Song-thaek, 67 ans, avait été mis à mort le 12 décembre, officiellement pour crimes contre le Parti des travailleurs au pouvoir et activités nuisant à l'intérêt national.

"Notre unité s'est renforcée au centuple et les lignes du parti et de la révolution se sont consolidées en purgeant cette faction anti-parti et anti-révolutionnaire", s’est félicité Kim Jong-un, qui s’exprimait à la télévision d’État dans un discours apparemment pré-enregistré.

"Guerre totale"

Concernant les relations entre les deux Corées, le numéro un de Pyongyang a encore une fois tenu un double discours : appeler à la paix avec le Sud, tout en menaçant d’une guerre nucléaire en cas de provocation belliciste de son voisin. "Il est temps de mettre fin aux abus et aux calomnies qui ne sont bonnes qu'à faire du mal [...]. Nous essaierons avec vigueur d'améliorer les liens Nord-Sud", a-t-il déclaré, ajoutant que les "nuages noirs de la guerre nucléaire flottaient constamment sur la péninsule coréenne [...] Nous sommes face à une situation dans laquelle un petit incident militaire accidentel peut conduire à une guerre totale", a-t-il averti.

Une menace qui toucherait Washington, selon Kim Jong-un : "Si la guerre survient un jour à nouveau sur cette terre, elle apportera un énorme désastre nucléaire et les États-Unis ne seront pas épargnés", a-t-il prévenu. Il y a un mois, Pyongyang avait encore menacé de frapper Seoul sans sommation. D’après certains analystes et responsables militaires sud-coréens, la Corée du Nord pourrait en ce début d’année 2014 jouer la provocation militaire, afin de resserrer les rangs autour de son chef suprême.

Des craintes appuyées par certains indices : l’observation par satellite laisse à penser que le régime fait tout pour réactiver son principal complexe nucléaire. Pyongyang détiendrait actuellement suffisamment de matériaux fissiles - du plutonium notamment - pour fabriquer entre six et dix bombes.

Station de ski et parcs d'attraction

Sur le plan intérieur, de grands projets de construction sont à l’étude, a annoncé le chef de l’État nord-coréen. "Cette année, nous devrons lancer une nouvelle période de prospérité dans la construction. La construction est une ligne de front importante pour établir les bases d'une nation forte et du bonheur du peuple", a-t-il jugé.

Mardi 31 janvier, les médias officiels ont fait état de la visite de Kim Jong-un à la station de ski de Masik, un projet public fortement médiatisé où les autorités espèrent attirer 5 000 skieurs par jour après son ouverture programmée dans l'année. D’autres grands projets sont à l’étude, comme des parcs d’attraction ou des résidences immobilières, grâce à l’aide financière de Pékin.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 01/01/2014

  • CORÉE DU NORD

    La Corée du Nord coupe des têtes et perd la mémoire

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    Malgré l'exécution de son mari, la tante de Kim Jong-un est promue

    En savoir plus

  • CORÉE DU NORD

    La disgrâce de trop pour l'oncle de Kim Jong-un

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)