Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La lutte contre les propos haineux s'organise sur internet

En savoir plus

SUR LE NET

Venezuela : Nicolas Maduro accusé de tuer les étudiants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Paul Kagame en visite à Paris, ses partisans et opposants défilent dans la capitale

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"La Robe"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Parlemantaires français en Syrie, Bachar Al Assad interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quand agriculture rime avec futur

En savoir plus

TECH 24

Drones : comment les arrêter ?

En savoir plus

#ActuElles

Inde : sauver les filles par l'éducation

En savoir plus

Moyen-Orient

Des insurgés islamistes contrôlent en partie deux villes irakiennes

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 02/01/2014

Jeudi, des insurgés liés à Al-Qaïda ont pris le contrôle de la moitié de la ville de Fallouja, à une soixantaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad. Plusieurs secteurs de Ramadi, située dans la même région, sont également entre leurs mains.

Jeudi, des combattants islamistes liés à Al-Qaïda en Irak avaient pris le contrôle de la moitié de la ville de Fallouja, située à une soixantaine de kilomètres à l'ouest de la capitale Bagdad, a annoncé le ministère irakien de l’Intérieur.

"La moitié de Fallouja est entre les mains de l'EIIL (l'État islamique en Irak et au Levant, un groupe lié à Al-Qaïda, NDLR) et l'autre partie est sous le contrôle" de membres de tribus armés, a expliqué l’un des responsables du ministère.

Un témoin a précisé que des checkpoints avaient été mis en place par les insurgés dans le centre et le sud de la ville.

Plusieurs secteurs de Ramadi aux mains des insurgés

D’autres membres de la même mouvance ont par ailleurs mis la main sur plusieurs secteurs de la ville de Ramadi, à quelques dizaines de kilomètres de Fallouja, vers l’ouest. "À Ramadi, la situation est similaire. Certains secteurs sont contrôlés par l'EIIL et d'autres par des membres des tribus", a expliqué le responsable du ministère de l'Intérieur.

Cette prise de contrôle intervient alors que la ville est en proie à des heurts, suite au démantèlement d’un camp de militants anti-gouvernementaux, lundi. Ces violences ont provoqué la mort de 14 personnes.

Aucun membre des forces de sécurité n'était présent dans les rues, a constaté un journaliste de l’AFP.

Le reporter a expliqué que des dizaines de camions transportant des hommes lourdement armés ont convergé vers l’est de la ville. Les insurgés scandaient des chants à la gloire de l‘EIIL et brandissaient des drapeaux noirs arborant la profession de foi islamique.

Ramadi, haut lieu de contestation

Ramadi, chef-lieu de la province d'Al-Anbar, est majoritairement habitée par des sunnites. La ville est un des principaux foyers de la contestation contre le gouvernement du Premier ministre chiite Nouri al-Maliki.

La communauté sunnite accuse le chef du gouvernement de stigmatiser les sunnites irakiens, notamment par l’utilisation de l'arsenal législatif anti-terroriste dirigé contre la communauté.

Avec AFP

Première publication : 02/01/2014

  • TERRORISME

    Un attentat à la voiture piégée endeuille le Noël des chrétiens d'Irak

    En savoir plus

  • IRAK

    Une série d'attentats en Irak endeuille les célébrations de l'Achoura

    En savoir plus

  • IRAK

    Octobre, le mois le plus meurtrier en Irak depuis cinq ans

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)