Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

Afrique

Un chef de l'opposition rwandaise retrouvé mort “étranglé”

© AFP | L'hôtel Michelangelo Towers à Johannesburg

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 02/01/2014

Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements rwandais et opposant à l'actuel président Kagame, a été retrouvé mort dans une chambre d’hôtel à Johannesburg, en Afrique du Sud, où il vivait en exil depuis six ans. L’opposition accuse le pouvoir.

Patrick Karegeya, l’ancien directeur des renseignements rwandais, a été retrouvé mort, mercredi 1er janvier, dans une chambre du Michelangelo Towers, l’un des plus grands hôtels de Johannesburg. Ce fervent opposant au président Kagame était exilé en Afrique du Sud depuis six ans, où il avait fondé le parti du Congrès national du Rwanda (RNC). Une enquête a été ouverte pour meurtre.

"Les premiers éléments de l'enquête ont montré que son cou était enflé", a indiqué la police sud-africaine, ajoutant qu’une serviette tâchée de sang et une corde avaient été retrouvées dans la chambre d’hôtel. Le soir du 31 décembre, Karegeya avait rendez-vous dans cet établissement, réputé pour être très sécurisé, avec un certain Apollo, d’après des proches de la victime cités par RFI.

"Il a été étranglé par les agents de Kagame", a aussitôt accusé le RNC dans un communiqué. Pour le général Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’état-major de l’armée rwandaise également en exil en Afrique du Sud et membre du RNC, il n’y a aucun doute. “Qui d'autre que le président Paul Kagame, qui l'a pourchassé au cours des dix dernières années, voudrait voir Patrick Karegeya mort ? C'est un assassinat politique, comme le gouvernement du Rwanda en a toujours mené”, a-t-il dénoncé sur RFI. Une référence aux deux tentatives d’assassinat dont il avait été la cible en juin 2010.

Ancien proche de Kagame tombé en disgrâce

Patrick Karegeya avait connu la gloire en politique dès 1994. À cette date, marquée par le génocide rwandais ayant entraîné la mort de plus de 800 000 personnes, essentiellement des Tutsis, il prend la tête des services de renseignements, poste qu’il occupera pendant dix ans. De ses années au contact de Kagame, qu’il disait alors connaître depuis l’école, il évoquait des relations tendues. “Je disais à Paul Kagame que ce que nous faisions n’était pas bien en terme de justice, de démocratie, de liberté de la presse. Il y avait la seconde guerre du Congo. On parlait de tout ça et on ne tombait jamais d’accord. Mais parce que ça n’avait pas lieu en public, personne ne réalisait qu’il y avait une sorte de guerre froide entre lui et moi”, avait-il expliqué, lors d'une interview accordée à RFI, en juillet dernier.

Peu à peu, Karegeya rejoint l’opposition avant d’être emprisonné à deux reprises. En 2007, il prend la fuite et se réfugie en Afrique du Sud où, d’après ses proches, il continuait à craindre pour sa vie. Néanmoins, toujours virulent envers le gouvernement rwandais, il avait récemment assuré, sur RFI, détenir les preuves de l’implication de Kagame dans le retentissant attentat contre l’ex-président rwandais Habyarimana, le 6 avril 1994, connu pour être l’élément déclencheur du génocide. Le défunt opposant s’était dit prêt à révéler ses informations aux juges français en charge de cette enquête.

Première publication : 02/01/2014

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    La justice française favorable à l'extradition de deux Rwandais

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Génocide au Rwanda : un médecin mis en examen à Paris

    En savoir plus

  • RWANDA

    Rwanda : le FPR de Paul Kagame remporte les législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)