Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

Afrique

Un chef de l'opposition rwandaise retrouvé mort “étranglé”

© AFP | L'hôtel Michelangelo Towers à Johannesburg

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par Charlotte OBERTI

Dernière modification : 02/01/2014

Patrick Karegeya, ancien chef des renseignements rwandais et opposant à l'actuel président Kagame, a été retrouvé mort dans une chambre d’hôtel à Johannesburg, en Afrique du Sud, où il vivait en exil depuis six ans. L’opposition accuse le pouvoir.

Patrick Karegeya, l’ancien directeur des renseignements rwandais, a été retrouvé mort, mercredi 1er janvier, dans une chambre du Michelangelo Towers, l’un des plus grands hôtels de Johannesburg. Ce fervent opposant au président Kagame était exilé en Afrique du Sud depuis six ans, où il avait fondé le parti du Congrès national du Rwanda (RNC). Une enquête a été ouverte pour meurtre.

"Les premiers éléments de l'enquête ont montré que son cou était enflé", a indiqué la police sud-africaine, ajoutant qu’une serviette tâchée de sang et une corde avaient été retrouvées dans la chambre d’hôtel. Le soir du 31 décembre, Karegeya avait rendez-vous dans cet établissement, réputé pour être très sécurisé, avec un certain Apollo, d’après des proches de la victime cités par RFI.

"Il a été étranglé par les agents de Kagame", a aussitôt accusé le RNC dans un communiqué. Pour le général Kayumba Nyamwasa, ancien chef d’état-major de l’armée rwandaise également en exil en Afrique du Sud et membre du RNC, il n’y a aucun doute. “Qui d'autre que le président Paul Kagame, qui l'a pourchassé au cours des dix dernières années, voudrait voir Patrick Karegeya mort ? C'est un assassinat politique, comme le gouvernement du Rwanda en a toujours mené”, a-t-il dénoncé sur RFI. Une référence aux deux tentatives d’assassinat dont il avait été la cible en juin 2010.

Ancien proche de Kagame tombé en disgrâce

Patrick Karegeya avait connu la gloire en politique dès 1994. À cette date, marquée par le génocide rwandais ayant entraîné la mort de plus de 800 000 personnes, essentiellement des Tutsis, il prend la tête des services de renseignements, poste qu’il occupera pendant dix ans. De ses années au contact de Kagame, qu’il disait alors connaître depuis l’école, il évoquait des relations tendues. “Je disais à Paul Kagame que ce que nous faisions n’était pas bien en terme de justice, de démocratie, de liberté de la presse. Il y avait la seconde guerre du Congo. On parlait de tout ça et on ne tombait jamais d’accord. Mais parce que ça n’avait pas lieu en public, personne ne réalisait qu’il y avait une sorte de guerre froide entre lui et moi”, avait-il expliqué, lors d'une interview accordée à RFI, en juillet dernier.

Peu à peu, Karegeya rejoint l’opposition avant d’être emprisonné à deux reprises. En 2007, il prend la fuite et se réfugie en Afrique du Sud où, d’après ses proches, il continuait à craindre pour sa vie. Néanmoins, toujours virulent envers le gouvernement rwandais, il avait récemment assuré, sur RFI, détenir les preuves de l’implication de Kagame dans le retentissant attentat contre l’ex-président rwandais Habyarimana, le 6 avril 1994, connu pour être l’élément déclencheur du génocide. Le défunt opposant s’était dit prêt à révéler ses informations aux juges français en charge de cette enquête.

Première publication : 02/01/2014

  • GÉNOCIDE RWANDAIS

    La justice française favorable à l'extradition de deux Rwandais

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Génocide au Rwanda : un médecin mis en examen à Paris

    En savoir plus

  • RWANDA

    Rwanda : le FPR de Paul Kagame remporte les législatives

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)