Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Frileuses, les entreprises amassent un pactole record au lieu d'investir

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

asie

Cambodge : la police tire sur les ouvriers du textile en grève, trois morts

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 03/01/2014

Trois personnes ont été tuées vendredi à Phnom Penh par la police lors d'une manifestation d'employés du textile. Depuis plusieurs semaines, des milliers d'ouvriers sont en grève pour une revalorisation de leur salaire.

Au moins trois personnes ont été tuées, vendredi 3 janvier, à Phnom Penh, après que la police a ouvert le feu sur une manifestation d'ouvriers du textile. Plusieurs autres ont été blessés, a déclaré Chuon Narin, un commissaire adjoint de la police. Les forces de l’ordre avaient d’abord effectué des tirs de sommation avant de viser les protestataires armés de bouteilles, de pierres et de cocktails Molotov, ont indiqué des témoins.

"Cette fois, ils ont utilisé des armes et d'autres choses pour réprimer les grévistes", a dénoncé Chan Soveth, du groupe de défense des droits de l'Homme Adhoc, qui était sur place, assurant qu'une dizaine de personnes avaient été blessées. "Ils les ont frappées sur la tête", a-t-il ajouté.

"Scénes de chaos"

Le porte-parole de la police militaire, Kheng Tito, a tenté de se justifier en rejetant la faute sur les grévistes. La veille, une dizaine de policiers avaient été blessées lors d'affrontements avec les manifestants. "Nous étions inquiets pour la sécurité, alors nous devions réprimer" la manifestation, a-t-il déclaré. "Si nous leur permettons de continuer à faire grève, cela va devenir l'anarchie".

Depuis deux semaines, pourtant, ces manifestations étaient pacifiques. Jeudi 2 janvier, le ton s'est brusquement durci. "Les autorités, jusque là en retrait, ont décidé d'intervenir jugeant que la situation avait changé. Les manifestations ont laissé place à une rébellion", a expliqué Stéphanie Gée, correspondante de RFI au Cambodge, qui a également décrit des "scènes de chaos".

"Il est trop tard pour avoir peur"

Depuis plusieurs jours, plus de 400 000 salariés du secteur textile cambodgien sont en grève à travers le pays pour réclamer une augmentation de leur salaire. Cette revendication s'est accompagnée de fermetures d’ateliers. Actuellement, 80 % des usines de confection du Cambodge - qui alimentent nombre d’entreprises internationales - sont fermées. Dans certains ateliers, des responsables sont même retenus contre leur gré.

"On ne va pas abandonner. Je pense qu'il est trop tard pour avoir peur. On est allés trop loin. Même si on se fait arrêter, on continuera à défier le gouvernement d'une manière ou d'une autre", a déclaré Kong Athit, le vice-président de la CCAWDU, le plus important syndicat ouvrier du pays.

Les ouvriers du textile sont actuellement payés 80 dollars par mois. Le gouvernement a promis de revaloriser ce salaire à 95 dollars mensuel. Insuffisant, crient les syndicats qui réclament 160 dollars.

Avec AFP
 

Première publication : 03/01/2014

  • MONDIALISATION

    Les petites mains du prêt-à-porter occidental se révoltent

    En savoir plus

  • SANTÉ

    Bangladesh : des centaines d'ouvriers d'une usine textile tombent malades

    En savoir plus

  • BANGLADESH

    Les morts de Dacca font plier les grandes marques du textile

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)