Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

asie

Le navire chinois à son tour bloqué par les glaces

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2014

Parti secourir l'équipage d'un bateau russe piégé en Antarctique, le navire chinois a confirmé samedi qu'il était bloqué à son tour par les glaces. Il a toutefois fait savoir qu'il ne demandait aucune assistance.

Il était parti aider un autre bateau et se retrouve pris au piège à son tour. Le navire chinois qui s'est porté au secours des passagers d'un navire russe piégé dans l'enfer blanc de l'Antarctique depuis plus d'une semaine est à son tour bloqué par les glaces, a-t-on appris samedi 4 janvier de source officielle.

Le Xue Long - ou Dragon des neiges - a fourni son hélicoptère pour participer au sauvetage des passagers du MV Akademik Chokalskiï, un navire russe bloqué depuis le 24 décembre par la banquise. Mais toutes ses tentatives pour manœuvrer samedi matin et échapper au piège de la glace ont échoué, a indiqué l'Autorité maritime australienne (AMA) dans un communiqué.

Avant d'être pris dans la banquise, le bâtiment se trouvait dans une zone où les bateaux peuvent normalement circuler à cette époque de l'année, mais un brusque changement des conditions météo l'a poussé vers les glaces.

Les passagers du navire russe reproduisaient l'expédition historique menée dans l'Antarctique il y a un siècle (1911-1914) par l'explorateur australien Sir Douglas Mawson.

Pas de danger immédiat

Le navire chinois a toutefois fait savoir qu'il ne souffrait d'aucune avarie, qu'il était en sécurité et qu'il ne demandait pas d'assistance, selon ce texte.

"Il n'y aucun danger immédiat pour l'équipage à bord du Xue Long", a assuré l'AMA, précisant que le navire disposait de vivres pour plusieurs semaines.

Le Xue Long possède un hélicoptère qui a servi à évacuer 52 scientifiques, touristes et journalistes australiens, britanniques et néo-zélandais coincés à bord du MV Akademik Chokalsiï à environ 100 milles marins (180 kilomètres) à l'est de la base française Dumont d'Urville.

Les secours australiens ont dérouté des brise-glaces, dont l'Astrolabe français, sans succès, l'épaisse banquise se révélant infranchissable.

Ils ont alors organisé une évacuation par les airs avec le Xue Long. L'opération s'est déroulée en quelques heures jeudi à la faveur d'une amélioration des conditions météo.

L'hélicoptère a récupéré douze passagers à chaque rotation de 45 minutes, transportés sur un navire australien, l'Aurora Australis, dans des conditions périlleuses, les glaces se déplaçant rapidement au gré du vent et des courants.

L'Aurora Australis a finalement été autorisé à rejoindre la base australienne de Casey pour faire le plein de carburant avant de mettre le cap sur l'Australie, a indiqué samedi l'Autorité maritime australienne.

Il avait été décidé, dans un premier temps, de le maintenir sur zone pour porter assistance en cas de nécessité au navire chinois dont la mésaventure illustre les dangers de la navigation en Antarctique et la complexité des interventions de secours.

Des règles pour les opérations polaires

Contrairement aux 22 membres de l'équipage russe, les 52 passagers "n'étaient pas vraiment entraînés à cet environnement". "Nous sommes soulagés qu'ils soient actuellement en route pour Casey et que seuls les équipages professionnels restent à bord", avait-il dit.

L'équipage du MV Akademik Chokalskiï restera à bord en attendant la libération du navire. Il bénéficie, comme celui du navire chinois, de confortables réserves de vivres et n'ont pas demandé d'assistance.

La question se pose désormais de savoir qui va supporter le coût des opérations de secours. Les autorités maritimes internationales devront établir les responsabilités éventuelles.

Avec AFP
 

Première publication : 04/01/2014

  • EXPÉDITION

    Antarctique : les passagers du navire russe secourus

    En savoir plus

  • ANTARCTIQUE

    Antarctique : nouvel échec de sauvetage des prisonniers de la banquise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)