Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Adèle Haenel, nouveau visage du cinéma français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Cameroun ferme ses frontières avec le Nigeria

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Ce qu'il faut retenir de la vidéo de la décapitation de James Foley par l'EI

    En savoir plus

  • Gaza : pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

  • Heurts à Bangui entre soldats français et individus armés

    En savoir plus

  • Vidéo : après une nuit plus calme, la situation reste tendue à Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • La Fifa interdit au FC Barcelone de recruter

    En savoir plus

  • Au bord de l'éruption, le volcan islandais Bardarbunga menace le trafic aérien

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

Asie - pacifique

Phnom Penh interdit toute manifestation jusqu'à nouvel ordre

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2014

La police cambodgienne a dispersé samedi un rassemblement d'opposants qui réclament le départ du Premier ministre, et ce au lendemain de la répression d'une manifestation d'ouvriers du textile qui a fait au moins trois morts.

Les autorités cambodgiennes ont dispersé samedi 4 janvier au matin des centaines de partisans de l'opposition réunis dans un parc de Phnom Penh et ont désormais interdit de nouveaux rassemblements.

Des policiers antiémeutes équipés de boucliers et de matraques ont fait fuir les partisans du Parti du sauvetage national du Cambodge (CNRP) qui étaient rassemblés dans le parc de la Démocratie depuis décembre pour réclamer de nouvelles élections, a constaté un photographe de l'AFP.

L'opposition évoque "l'acte d'une dictature communiste"

Cette intervention, qui ne semblait pas avoir été accompagnée de heurts, survient au lendemain de la répression d'une manifestation d'ouvriers du textile réclamant des augmentations de salaire, sur lesquels les forces de l'ordre ont ouvert le feu, faisant au moins trois morts.

"Étant donnée la situation et pour maintenir la sécurité et l'ordre (...), la municipalité de Phnom Penh a décidé de ne pas autoriser le Parti du sauvetage national du Cambodge à continuer ses manifestations au parc de la Démocratie et à marcher dans les rues de la capitale à partir du 4 janvier et jusqu'à ce que la situation et l'ordre public reviennent à la normale", a déclaré le gouverneur de la capitale Pa Socheatvong.

L'opération de samedi matin a été immédiatement dénoncée par l'opposition. "Je déplore que les autorités, sous le contrôle du Parti du peuple cambodgien (CPP), aient réprimé les manifestants au parc de la Démocratie", a commenté le porte-parole du CNRP Yim Sovann.

"C'est l'acte d'une dictature communiste", a-t-il ajouté à l'AFP, soulignant que les manifestants avaient fui pour éviter des violences.

L'opposition réclame le départ du Premier ministre

Le CNRP, qui avait prévu à partir de dimanche de grandes manifestations sur trois jours, réclame le départ du Premier ministre Hun Sen, au pouvoir depuis près de trente ans, et de nouvelles élections.

Selon les résultats officiels, le CPP au pouvoir, malgré son plus mauvais score depuis 1998, a remporté 68 sièges aux législatives du 28 juillet, contre 55 au CNRP.

Mais l'opposition, dénonçant des fraudes massives, a revendiqué la victoire et dénoncé un "coup d'État constitutionnel". Ses députés boycottent l'Assemblée nationale depuis l'ouverture de la législature en septembre, notamment pour protester contre le fait que son chef, Sam Rainsy, rentré d'exil juste avant le scrutin, n'avait pas été autorisé à y participer.

Alors que les ouvriers du textile en grêve se sont récemment alliés aux partisans de l'opposition, Sam Rainsy avait estimé vendredi que la répression de leur mouvement visait également l'opposition.

"C'est une tentative inacceptable de casser non pas seulement une grève ouvrière, mais c'est une tentative pour casser le mouvement ouvrier dans son ensemble. Et derrière le mouvement ouvrier, de casser le mouvement démocratique qui est en train de se développer au Cambodge", avait-il indiqué à l'AFP.
 
Avec dépêches AFP et Reuters

Première publication : 04/01/2014

  • MANIFESTATIONS

    Cambodge : la police tire sur les ouvriers du textile en grève, trois morts

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Hun Sen reconduit Premier ministre malgré la crise politique

    En savoir plus

  • CAMBODGE

    Législatives au Cambodge : le parti au pouvoir revendique la victoire, l'opposition refuse sa défaite

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)