Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

Moyen-Orient

La ville irakienne de Fallouja sous contrôle total d'Al-Qaïda

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/01/2014

Les autorités irakiennes ont affirmé samedi avoir perdu le contrôle de Fallouja, située dans un bastion sunnite hostile au Premier ministre Maliki. La ville est désormais aux mains de l’État islamique en Irak et au Levant, branche d'Al-Qaïda.

Fallouja est désormais un "État islamique". C'est du moins ainsi que l'État islamique en Irak et au Levant (EEIL) a décidé de qualifier la ville située à 60 km à l'ouest de Bagdad.

De son côté, le gouvernement irakien a confirmé avoir perdu le contrôle de la localité par la voix d'un haut responsable de la sécurité de la province d'Al-Anbar (ouest).

"Fallouja est sous le contrôle de l'EIIL", a indiqué ce responsable. Il a cependant précisé que "les secteurs autour de Fallouja étaient aux mains de la police locale".

Au moins 32 civils et 71 combattants d'Al-Qaïda ont été tués vendredi dans les affrontements opposant le réseau extrémiste sunnite à des tribus locales et aux forces de sécurité dans la province d'Al-Anbar, bastion sunnite hostile au Premier ministre chiite Nouri al-Maliki.

Les combattants de l'EIIL contrôlent également depuis jeudi plusieurs secteurs de Ramadi, située à 100 km à l'ouest de Bagdad.

Les combats avaient éclaté lundi à Ramadi, après le démantèlement d'un camp de protestataires anti-gouvernementaux présenté par le gouvernement comme un "repaire d'Al-Qaïda". Les violences se sont ensuite propagées à la ville proche de Fallouja.

La province d'Al-Anbar est devenue depuis plus d'un an un haut lieu de la contestation contre le Premier ministre Maliki, accusé d'accaparer le pouvoir et de marginaliser les sunnites.

Fallouja et Ramadi avaient été des bastions de l'insurrection ayant suivi l'invasion américaine de l'Irak en 2003.

Avec AFP

 

Première publication : 04/01/2014

  • ANALYSE

    "L’Irak est dans l’impasse"

    En savoir plus

  • IRAK

    Des insurgés islamistes contrôlent en partie deux villes irakiennes

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Un attentat à la voiture piégée endeuille le Noël des chrétiens d'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)