Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 06/01/2014

"Al-Qaida et sa créature"

© France 24

Presse internationale, lundi 6 janvier. Au menu de la revue de presse internationale, la prise de Fallouja et Ramadi par l’EIIL, une conférence de presse de 63 etarras, le réformisme franco-britannique et la mort d’Eusébio.

 

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook
 
 
On commence cette revue de presse internationale en Irak, où les forces irakiennes s'apprêtent à lancer un assaut pour reprendre les villes de Ramadi et Fallouja aux combattants liés à Al-Qaïda.
 
Les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant, l’EIIL, ont pris le contrôle de ces deux villes en fin de semaine dernière. Deux prises très symboliques, puisqu’il s’agit de deux bastions de l’insurrection irakienne contre les forces américaines, et d’un fait d’armes inédit pour l’EIIL, décrite par le quotidien panarabe basé à Londres Asharq Al Awsat comme une "mutation du virus Al-Qaida". Le journal rappelle qu’Al Qaida s’est désolidarisée de sa créature en novembre dernier, après avoir affirmé que sa seule branche en Syrie était le Front al-Nosra, ce que le principal leader de l’EIIL, Abu Bakr al-Baghdadi, n’a pas accepté. Baghdadi au sujet duquel Asharq Al Awsat se demande s’il n’est pas une sorte de Frankenstein, qui finira par tuer son inventeur.
 
C’est un diagnostic partagé par John Kerry, actuellement en visite au Proche-Orient. Le secrétaire d’Etat américain a affirmé que l’EIIL est actuellement "l’acteur le plus dangereux de la région". Il a aussi assuré que les Etats-Unis aideraient les autorités irakiennes "dans leur combat",  mais que "c'est un combat qu'elles doivent gagner elles-mêmes". Des déclarations dont la prudence s’explique par la façon dont le conflit est en train de s’envenimer, en particulier à la frontière entre l’Irak et la Syrie, rappelle The Guardian. Une frontière que les djihadistes franchissent sans encombre pour se porter secours, et se renforcer mutuellement, écrit en substance le journal.
 
En Europe, en Espagne, 63 membres de l’organisation indépendantiste basque ETA ont tenu samedi une conférence de presse pour réaffirmer qu'ils avaient abandonné la voie terroriste. Leur collectif avait déjà entériné l'abandon de la violence, à la fin du mois de décembre, et reconnu "les souffrances et les dommages causés par le conflit", sans toutefois demander pardon aux victimes, ce qui suscite l'indignation des associations de victimes de l'ETA et de la droite espagnole - à voir ce matin du côté d’El Mundo, qui ne décolère pas : "La vérité de ce qui s’est passé samedi, c’est que l’on a assisté à un acte de propagande déguisé en conférence de presse, une convocation lancée par 60 terroristes qui ont essayé de se faire passer pour les vraies victimes du conflit et de s’imposer dans le débat politique. ETA demande l’amnistie mais pas le pardon."
 
En France,  la décision de François Hollande d’assumer un cap social-démocrate fait la Une. Un choix qui le rapproche du réformisme d’un Tony Blair - rapprochement que n’a pas manqué de faire la presse britannique, et notamment The Guardian, qui parle matin d’une économie française finalement soumise aux même défis que l’économie du Royaume-Uni : des salariés qui luttent pour des salaires décents dans un monde de concurrence tous azimuts, une croissance qui peine à décoller, des exportations qui stagnent – pas de miracle à attendre, visiblement, du cap "réformiste" annoncé.
 
Pour terminer, un coup d’œil à la presse portugaise, qui revient largement ce matin sur la disparition du mythique Eusébio. Le footballeur d’origine mozambicaine s’est éteint, hier, à 71 ans. "Le roi est mort", titre A Bola, à propos de celui qui fut le Pelé portugais.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

21/07/2017 Revue de presse internationale

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

Au menu de la revue de presse internationale vendredi, les réactions dans la presse américaine à l'interview de Donald Trump dans le New York Times. Un président américain dont...

En savoir plus

21/07/2017 Revue de presse française

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

Au menu de la presse française vendredi, l'état de grâce d'Emmanuel Macron fragilisé par le "psychodrame Villiers" et menacé par les projets de loi bientôt en discussion à...

En savoir plus

20/07/2017 États-Unis

"Le premier grand test pour Macron vient de sa propre armée"

Au menu de cette revue de presse internationale du jeudi 20 juillet : les révélations du Washington Post sur les changements de stratégie de l'administration Trump en Syrie, mais...

En savoir plus

20/07/2017 Agriculture

Emmanuel Macron, "l'adjudant de la République"

Au menu de la presse française ce jeudi 20 juillet, la désapprobation générale vis-à-vis d'Emmanuel Macron après la démission du général Pierre de Villiers, la lettre testament...

En savoir plus

19/07/2017 Jérusalem

"Le 'hand spinner' vu comme une menace" en Russie

Dans cette revue de presse internationale du 19 juillet, le "dîner secret" entre Donald Trump et Vladimir Poutine a bien eu lieu en marge du G20. Faut-il des portiques détecteurs...

En savoir plus