Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Moyen-Orient

L’Irak en ordre de bataille pour reprendre Fallouja à Al-Qaïda

© AFP - Fallouja tombée aux mains de l'EIIL

Vidéo par FRANCE 24

Dernière modification : 06/01/2014

Les forces irakiennes se préparent à lancer un assaut majeur pour reprendre la ville de Fallouja, à 60 km à l’ouest de Bagdad, tombée entre les mains d’Al-Qaida, le 4 janvier. Bagdad assure "vouloir écraser les terroristes".

Ils comptent passer à l’offensive d’ici peu. Les forces de sécurité irakienne se mettent en ordre de bataille pour reprendre la ville de Fallouja, définitivement tombée, samedi 4 janvier, aux mains des combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) un groupe d’islamistes sunnites lié à Al-Qaïda.

Les forces spéciales ont déjà mené des opérations dans la ville. Mais cette fois, l'armée, déployée tout autour, prépare une "attaque majeure", a assuré un responsable gouvernemental. Une fois que les habitants auront quitté la ville, "nous lancerons l'attaque pour écraser les terroristes", a-t-il ajouté. Dimanche soir, des échanges de tirs intermittents étaient entendus à la périphérie de Fallouja mais aucun combat n'a été signalé à l'intérieur, selon des témoins.

"Nous ne céderons pas"

Les combattants de l’EIIL ont également pris le contrôle de quartiers de Ramadi, 50 km plus à l'ouest, après des violences provoquées, lundi 30 décembre, par la fermeture d'un camp de manifestants sunnites hostiles au Premier ministre chiite, Nouri al- Maliki.

L'EIIL, l'un des groupes islamiques les plus radicaux engagés dans la guerre contre le président Bachar al-Assad en Syrie, a accentué ces derniers mois son influence dans la province d'Anbar, dans l'ouest de l'Irak, poursuivant son grand projet de création d'un vaste État sunnite dans la région.

C'est la première fois que des combattants d'Al-Qaïda prennent directement le contrôle de zones urbaines depuis l'insurrection sanglante, qui avait suivi l'invasion américaine de l'Irak en 2003 et la chute du régime de Saddam Hussein. Les deux villes avaient été des bastions d'insurgés et les forces américaines y avaient subi leurs plus lourdes pertes depuis la guerre du Vietnam. "Nous ne céderons pas tant que nous n'aurons pas vaincu tous les groupes terroristes et sauvé notre peuple à Al-Anbar", a assuré samedi le Premier ministre irakien.

Iran versus États-Unis

Washington observe avec attention l’évolution de la situation, mais ne compte pas intervenir. "Il revient aux forces irakiennes de mener la bataille", a souligné John Kerry, le secrétaire d’État américain, en visite au Proche-Orient. "Nous les aiderons dans leur combat mais c'est un combat qu'elles doivent à terme gagner elles-mêmes et j'ai confiance dans le fait qu'elles peuvent y parvenir", a-t-il déclaré, désignant l'EIIL comme "l'acteur le plus dangereux dans la région".

L’Iran, de son côté, à majorité chiite, a annoncé être prêt à fournir des équipements militaires à son voisin irakien pour lutter contre Al-Qaïda. "Si les Irakiens en font la demande, nous leur fournirons des équipements et des conseils mais ils n'ont pas besoin d'hommes", a déclaré le général Mohammad Hedjazi, adjoint du chef d'état-major des forces armées, cité par l'agence officielle IRNA.

Il a ajouté qu'il n'y avait pas eu "de demande pour mener des opérations communes contre les terroristes". Depuis la chute de Saddam Hussein, l'Irak, à majorité chiite, s'est rapproché de l'Iran et Nouri al- Maliki est souvent accusé d'être sous l'influence de Téhéran.

Aucun bilan des violences n'était disponible mais les autorités irakiennes ont fait état de plus de 160 morts, essentiellement des membres de l'EIIL, vendredi et samedi.

Avec AFP

Première publication : 06/01/2014

  • ANALYSE

    "L’Irak est dans l’impasse"

    En savoir plus

  • IRAK

    Des insurgés islamistes contrôlent en partie deux villes irakiennes

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Un attentat à la voiture piégée endeuille le Noël des chrétiens d'Irak

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)