Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Economie

Les étranges “révélations” sur les satellites français vendus aux Émirats

© CNES

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 06/01/2014

Les Émirats arabes unis menaceraient d'annuler l'achat de satellites français, soupçonnés d'être équipés de mouchards américains, selon un site de défense. Mais certains experts penchent plutôt pour une intox orchestrée par un concurrent malheureux.

Le scandale Prism et l’appétit de la NSA pour l’interception des données électroniques risquent-t-ils de remettre en cause un important contrat de défense entre la France et les Émirats arabes unis (EAU) ? C’est, en tout cas, l’impression que laisse un article publié, dimanche 5 janvier, sur le site américain Defensenews. Il affirme que des responsables émiratis ont découvert que les deux satellites français d’observation du contrat “Falcon Eye”, qui doivent être livrés en 2018, posent de sérieux “problème de sécurité”. Ils contiendraient des composants d’origine américaine dotés de porte-dérobées informatiques (backdoor) permettant d’intercepter les communications entre les satellites et la station de réception au sol.

“Si ce problème n’est pas résolu, nous sommes prêts à annuler tout le contrat”, a affirmé un haut responsable des EAU sous couvert d’anonymat à Defensenews. Le même précise que cette faille de sécurité a été découverte par Abu Dhabi en septembre 2013 et que l’émirat a demandé, à l’époque, à la France de remplacer les modules incriminés.

Pour la France, la perte de ce contrat, qui s’élève à 700 millions d’euros, serait un sérieux revers. L’accord avait été obtenu en juillet 2013, grâce notamment à l’implication personnelle du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian. Paris n’avait pas décroché de contrat de livraison de matériel militaire avec les Émirats arabes unis de cette importance depuis 2007. Motif supplémentaire de réjouissances à l’époque : la France avait remporté le gâteau face aux Américains, réputés être les champions en la matière.

Contactés par FRANCE 24, les deux maîtres d’œuvre des satellites - Astrium (groupe Airbus) et Thalès - ainsi que le ministère de la Défense ont refusé de commenter les informations publiées par Defensenews.

Tentative de sabotage de la part d'un concurrent ?

Ces “révélations” peuvent surprendre sur plusieurs aspects. À tel point que certains y voient la main de l’un ou l’autre des concurrents malheureux de la France (États-Unis, Chine ou Russie). Certes, l'idée de trouver des composants américains sur du matériel ultrasophistiqué français n'a rien d’anormal aux yeux d’Alexandre Vautravers, chercheur associé au Centre genevois de politique de sécurité (GCSP), pour qui "la globalisation et la haute technicité de ces produits fait qu’il est difficile de s’affranchir à 100 % du savoir faire américain”.

Mais est-ce que cela implique forcément la présence de mouchards de la NSA ? “Dans le cas de ces satellites d’observation, je ne vois pas trop l’intérêt des Américains de mettre des portes dérobées”, affirme Alain Charret, ancien cadre de l’armée de l’air et spécialiste des techniques de guerre électronique.

Pour lui, les satellites du contrat “Falcon Eye” ne prennent que des photos que les services américains de renseignement peuvent facilement se procurer grâce à leur propre réseau satellitaire. “Le seul avantage pour les Américains seraient de savoir quelles sont les zones qui intéressent les EAU”, reconnaît-il. Un type d’informations que les États-Unis devraient, d’après cet expert, pouvoir obtenir plus simplement d’un pays allié comme les Émirats arabes unis.

Mais le fait qu’il existe ou non des mouchards américains embarqués sur ces satellites français ne serait, en fait, “qu’accessoire” pour Alexandre Vautravers. Il ne pense pas que les ingénieurs des EAU ont pu, deux mois après la conclusion du contrat, découvrir une faille de sécurité de cet acabit qui avait échappé aux ingénieurs d’Astrium ou de Thalès. “C’est plus probablement une tentative de sabotage du contrat de la part d’un concurrent”, juge également Alain Charret.

L’article de defensenews fait d’ailleurs état de pourparlers qui auraient repris entre Abu Dhabi et la Russie ou la Chine. “Certes, acheter des satellites chinois ou russes revient à moins cher, mais n’offre aucune garantie supplémentaire en matière de sécurité”, note Alexandre Vautravers. Pour lui, comme pour Alain Charret, le suspect principal serait plutôt à chercher du côté des États-Unis.

Les Américains joueraient alors un drôle de jeu. Pour remettre leur technologie en course, ils laisseraient entendre que les satellites concurrents français sont équipés de composants américains… “C’est certes paradoxal, mais on a vu plus bizarre dans ce genre d’affaires”, conclut Alain Charret.

Première publication : 06/01/2014

  • DÉFENSE

    Face aux États-Unis, Abu Dhabi opte pour le satellite français

    En savoir plus

  • INTERNET

    Faut-il avoir peur de l’ordinateur quantique construit par la NSA ?

    En savoir plus

  • ÉMIRATS ARABES UNIS

    Sorbonne Abu Dhabi : l'intermédiaire français qui poursuit les Émirats

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)