Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Passer l'arme à droite"

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée des classes en France : le système éducatif français est-il mauvais élève ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Un accord pour rétablir le Parlement du Lesotho

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Affaire Kayumba : quatre accusés reconnus coupables de tentative de meurtre

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Abbas Araghchi, vice-ministre iranien des Affaires étrangères

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sarkozy le retour?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Le meilleur des Observateurs cette année !

En savoir plus

FOCUS

L'État islamique déclare la guerre de l'eau en Irak

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Peine perdue" d'Olivier Adam, la trentaine à la dérive

En savoir plus

  • Steven Sotloff, un passionné du monde arabe tombé entre les griffes de l'EI

    En savoir plus

  • Obama envoie 350 soldats supplémentaires en Irak

    En savoir plus

  • "Le monde est en train de perdre la bataille contre Ebola", s'alarme MSF

    En savoir plus

  • Vidéo : un convoi de l'armée ukrainienne détruit dans l'est de l'Ukraine

    En savoir plus

  • Pôle emploi : Rebsamen se défend de vouloir "stigmatiser" les chômeurs

    En savoir plus

  • Europe : Moscovici, un sous-commissaire pour la France ?

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Falcao fait ses valises, à quoi joue Monaco?

    En savoir plus

  • Le chef des Shebab somaliens visé par un raid américain

    En savoir plus

  • Les photos volées de Jennifer Lawrence sont aussi gênantes pour Apple

    En savoir plus

  • Nord-Mali : quatre casques bleus tués par l'explosion d'une mine près de Kidal

    En savoir plus

  • En images : Falcao, James, Di Maria, Suarez... les plus gros transferts de l’été

    En savoir plus

  • Un député tunisien échappe à une tentative d'assassinat

    En savoir plus

  • Le président du Yémen annonce un "gouvernement d'union nationale"

    En savoir plus

  • L'Otan menace de déployer une force de réaction rapide en Europe de l'Est

    En savoir plus

  • À Saint-Nazaire, les Mistral voguent vers leur destin russe

    En savoir plus

  • L’armée irakienne poursuit son offensive, l’EI recule

    En savoir plus

Afrique

L'égalité entre hommes et femmes inscrite dans la Constitution tunisienne

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 06/01/2014

Les membres de l'Assemblée constituante ont adopté lundi un article consacrant l'égalité entre les hommes et les femmes. Depuis 1956, la Tunisie est le pays arabe accordant le plus de droits aux femmes.

C'est une première dans un pays arabe. Les élus de l'Assemblée constituante ont  adopté lundi 6 janvier un article consacrant l'égalité des "citoyens et citoyennes" dans la future Constitution. "Tous les citoyens et les citoyennes ont les mêmes droits et les mêmes devoirs. Ils sont égaux devant la loi sans discrimination aucune", dispose l'article 20 du projet de Constitution adopté par 159 voix sur 169 votants. Cette formulation est le fruit d'un compromis négocié entre les islamistes d'Ennahda, majoritaires à l'Assemblée, et l'opposition laïque.

Ennahda avait fait scandale durant l'été 2012 en voulant introduire le concept de "complémentarité" homme-femme dans la Constitution. Confronté à une levée de boucliers, le parti islamiste a finalement renoncé à ce projet.

L'article validé lundi a néanmoins été critiqué par des ONG comme Human Rights Watch et Amnesty, qui jugent la formule sur les citoyens trop réductrice. De leur côté, les militantes féministes tunisiennes se sont toutefois félicitées de l'adoption de l'article 20. "C'était notre revendication et c'est une victoire", a ainsi déclaré à l'AFP Ahlem Belhaj, l'ex-présidente de l'Association tunisienne des femmes démocrates.
Depuis 1956 la Tunisie est le pays arabe accordant le plus de droits aux femmes. L'homme reste cependant privilégié, notamment concernant l'héritage.

Vote chaotique de la Consitution

Le vote de la Constitution, entamé vendredi, a été très chaotique et interrompu par des disputes et polémiques. Après l'examen article par article en cours, le texte dans son ensemble doit obtenir les votes des deux-tiers des élus pour éviter un référendum.

L'adoption de ce texte et la formation d'une loi et d'une commission électorales sont les clés de voûte d'un accord entre opposants et Ennahda pour résoudre une profonde crise déclenchée par l'assassinat le 25 juillet du député de gauche Mohamed Brahmi, le deuxième meurtre en 2013 attribué à la mouvance jihadiste.

À l'issue de ce processus, Ennahda s'est engagé à céder la place à un gouvernement d'indépendants. Le principal médiateur de la crise politique, le syndicat UGTT, a exigé que le Premier ministre Ali Larayedh démissionne au plus tard le 9 janvier.

Élue en octobre 2011, la Constituante devait achever sa mission en un an, mais le processus a été ralenti par un climat politique délétère, l'essor de groupes jihadistes armés et des conflits sociaux. La classe politique s'est engagée à adopter la Loi fondamentale avant le 14 janvier, troisième anniversaire de la révolution qui marqua le début du Printemps arabe.

Avec AFP

 

Première publication : 06/01/2014

  • TUNISIE

    Constitution tunisienne : les premiers articles adoptés, la charia rejetée

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Début du vote sur la nouvelle Constitution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)