Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La rigueur version Valls

En savoir plus

TECH 24

Les Google Glass déjà mal vues

En savoir plus

MODE

Jean-Marc Loubier, sacs et souliers

En savoir plus

FOCUS

Bosnie-Herzégovine : les "plénums citoyens" vont-ils passer à l'heure du printemps ?

En savoir plus

  • Abdelaziz Bouteflika, le président fantôme

    En savoir plus

  • Sans surprise, Bouteflika réélu président de l'Algérie avec 81,53 % des voix

    En savoir plus

  • Les séparatistes de l'est de l'Ukraine rejettent l'accord conclu à Genève

    En savoir plus

  • L'embryon numérique, la nouvelle technologie pour faire un bébé parfait

    En savoir plus

  • Découverte de la première planète jumelle de la Terre

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Manuel Valls au Vatican pour les canonisations de Jean-Paul II et Jean XXIII

    En savoir plus

  • Hollande ne se représentera pas en 2017 si le chômage ne baisse pas

    En savoir plus

  • La Russie "ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • Au moins 12 morts dans l'avalanche la plus meurtrière de l'Everest

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Près de 60 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Arrestation du capitaine du ferry naufragé en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Prijedor : les survivants contre l’oubli

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

Burundi: une loi polémique sur la presse partiellement invalidée

AFP

La Cour constitutionnelle du Burundi a invalidé mardi certaines dispositions d'une loi très controversée sur la presse, tout en validant les articles jugés les plus liberticides.Le président du Burundi Pierre Nkurunziza (c) à Kampala en Ouganda le 30 novembre 2013

La Cour constitutionnelle du Burundi a invalidé mardi certaines dispositions d'une loi très controversée sur la presse, tout en validant les articles jugés les plus liberticides.Le président du Burundi Pierre Nkurunziza (c) à Kampala en Ouganda le 30 novembre 2013

La Cour constitutionnelle du Burundi a invalidé mardi certaines dispositions d'une loi très controversée sur la presse, tout en validant les articles jugés les plus liberticides.

"Les articles 19, 21, 58, 68 de la loi sur la presse du 4 juin 2013 sont conformes à la Constitution du Burundi, (...), les articles 61, 62, 67 et 69 sont contraires à la Constitution", a annoncé Charles Ndagijimana, le président de la Cour constitutionnelle, en rendant publique la décision.

La Cour statuait suite à une requête en inconstitutionnalité formulée par l'Union burundaise des journalistes (UBJ) en août 2013.

"Il y a eu une petite avancée car les dispositions qui imposaient arbitrairement de fortes amendes aux journalistes, sans recours, viennent d'être invalidées, mais la loi est toujours liberticide", a réagi auprès de l'AFP le président de l'UBJ, Alexandre Niyungeko.

Protection des sources restreinte

La nouvelle législation, promulguée en juin, multipliait par 10, et jusqu'à 60 fois dans certains cas, les amendes infligées pour violation de la loi.

Mais "les articles qui obligent les journalistes à révéler leurs sources, ceux qui empêchent de travailler sur des domaines tels que la monnaie, les questions de défense (...) ont malheureusement été validés par la Cour", a-t-il poursuivi.

Cette loi, qualifiée de liberticide par l'UBJ et Reporters sans frontières (RSF), avait été portée par le parti présidentiel burundais, le Cndd-FDD.

Elle restreint notamment la protection des sources "si ces dernières rentrent sous le coup des infractions en matière de sécurité de l?État, de l'ordre public, du secret de la Défense" et confie désormais le soin au Conseil national de la communication (CNC), nommé par l'exécutif, d'accorder ou de retirer la carte de presse.

Elle interdit également la diffusion d'"informations ou (...) documents" en rapport avec "le secret de Défense nationale, la monnaie et le crédit public, des informations susceptibles de porter atteinte au crédit de l?État et à l'économie nationale, ou faisant la propagande de l'ennemi de la nation en temps de paix comme en cas de guerre".

La loi a été dénoncée par l'ensemble des partis burundais, à l'exception du Cndd-FDD, ainsi que par la société civile burundaise, les organisations internationales de défense des droits de l'Homme ou de la liberté de la presse et plusieurs pays occidentaux.

Première publication : 07/01/2014