Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Zinedine Zidane se verrait bien un jour sélectionneur des Bleus

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

Economie

La Chine lève sa vieille interdiction sur les ventes de consoles de jeux

© Studio graphique multimédia France Média Monde

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 08/01/2014

Pékin a décidé d'autoriser les constructeurs de consoles de jeux vidéo à vendre leurs machines à jouer en Chine. Une révolution de façade qui met fin à une interdiction vieille de 14 ans.

L'action de l'éditeur français de jeux vidéo Ubisoft a fait un bond, mercredi 8 janvier, de 7% en Bourse. Idem pour Nintendo dont l'action a progressé de 11%. Mais quel est donc le tremblement de terre vidéoludique qui justifie ces impressionnantes hausses ? La secousse est à chercher du côté de la Chine, Pékin ayant décidé de mettre fin à l'interdiction des ventes de consoles de jeux vidéo qui avait été établie il y a 14 ans.

En 2000, la Chine avait en effet jugé que les consoles représentaient un "problème pour l'équilibre mental" des jeunes. Une ligne dure qui a commencé à être remise en cause l'année dernière quand le ministère de la Culture a promis de réévaluer si cette interdiction était toujours pertinente à une époque où le jeu vidéo est déjà largement présent dans la vie des Chinois par l'intermédiaire du PC et des smartphones.

Passage obligé par Shanghaï

Certes, cette décision est un beau cadeau de Noël pour les constructeurs de consoles et éditeurs de jeux vidéo. Mais, pour Pékin, c'est avant tout une manière de tenter de renforcer l'attractivité de Shanghaï. Pour pouvoir vendre leur Xbox One, PS4 et Wii U, les constructeurs seront obligés de construire dans la nouvelle zone franche économique établie fin 2013 dans la ville côtière chinoise.

Une nuance qui a son importance. Les trois constructeurs produisent déjà leurs machines à jouer en Chine... mais pas à Shanghaï. Pour se conformer à la nouvelle réglementation, Microsoft, Sony ou encore Nintendo vont devoir y trouver de nouveaux partenaires.

Une démarche qui a un coût. Le marché chinois en vaut-il la chandelle ? À priori oui. Avec une population de plus d'un milliard de personnes, les perspectives peuvent sembler alléchantes. À l'heure actuelle, 10 milliards de dollars (7,3 milliards d'euros) sont dépensés chaque année par les Chinois en jeux sur PC et smartphones, d'après le cabinet d'études chinois Niko Partners. Les trois constructeurs peuvent espérer capter une partie de ce gâteau.

Concurrence du PC et du marché noir

Mais les choses ne sont pas aussi simples. D'abord, rien ne dit que les aficionados du PC vont faire le saut vers une PS4 ou une Xbox One. Sans même compter le prix d'une nouvelle console, les jeux sont bien plus chers que sur un ordinateur. "Seule une petite partie de la population a les moyens de passer aux consoles", juge Piers Harding-Rolls, responsable du marché des jeux vidéo pour le cabinet américain d'études IHS.

Et puis, il y a aussi le marché noir. Les machines à jouer de Microsoft ou Nintendo se vendent déjà sous le manteau en Chine. Près d'un million d'entre elles trouvent preneurs chaque année. Là encore, rien ne dit que les Chinois vont accepter de payer le prix fort et officiel, s'ils peuvent aisément se procurer la même console à moins cher et qui serait "tombée du camion".

Autant d'obstacles qui explique pourquoi les constructeurs n'ont pas réagi avec plus d'enthousiasme à l'annonce chinoise. Sony a affirmé au quotidien britannique "Daily Telegraph" ne pas avoir de plan pour lancer la PS4 en Chine. Nintendo qualifie l'annonce de Pékin de "premier pas", suggérant que les autorités doivent encore lever les autres obstacles pour rendre une entrée sur le marché chinois vraiment intéressante. Seul Microsoft envisagerait d'y lancer sa Xbox One avant la fin de l'année, d'après Reuters.

Première publication : 08/01/2014

  • CHINE

    PS4 : Foxconn accusé d'avoir recours à du travail forcé en Chine

    En savoir plus

  • JEUX VIDÉO

    La Chine prête à accueillir les Xbox, Playstation et Wii en toute légalité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)