Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un Français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie, la guerre oubliée

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : au coeur des monts Sinjar

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Hollande : "La situation internationale est la plus grave depuis 2001"

    En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • RDC : le retour tant espéré des réfugiés angolais dans leur pays

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

Economie

La loi "anti-Amazon" validée par le Sénat

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/01/2014

Le Sénat a adopté, à l’unanimité, la loi qui interdit aux sites de vente en ligne de cumuler gratuité des frais de livraison et réduction légale du prix des livres. Un dispositif visant à contrer les pratiques commerciales "agressives" d’Amazon.

Amazon met tout le monde d’accord. De gauche comme de droite, les sénateurs français ont voté dans la nuit de mercredi 8 à jeudi 9 janvier un texte surnommé loi “anti-Amazon”. La proposition de loi, déposée en octobre dernier par trois députés UMP et déjà adoptée en première lecture par l’Assemblée nationale, vise à défendre les librairies face à ce que le gouvernement a appelé “les comportements prédateurs” des sites de ventes en ligne. Un enjeu d’autant plus important que 20% des livres sont aujourd’hui achetés en France sur l’Internet

Le nouveau dispositif ne contient qu’un seul article, qui va être intégré à la fameuse loi Lang de 1981 sur le prix unique du livre. La mesure prévoit que les sites en ligne vendent les livres au prix fixé par l’éditeur et ne peuvent ainsi appliquer le rabais légal de 5% que sur les frais de livraison, qui ne pourront donc plus être offerts.

Une législation qui vise clairement à circonscrire la puissance de frappe commerciale d’Amazon, accusé par les librairies françaises de pratiquer du “dumping”. Jusqu’à présent, le géant américain de l’Internet prenait, en effet, les frais de livraison à sa charge afin de pouvoir pratiquer les prix les plus bas possibles. Une stratégie qui lui coûte, au niveau mondial, 5 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros).

Cette charge financière, seule un mastodonte de la taille d’Amazon peut la supporter, et ce dans le but quasi-exclusif de gagner des parts de marché. Ce supposé “dumping” ne heurtait pas seulement les librairies indépendantes mais aussi la Fnac, qui, pour rester compétitive, devait s’aligner sur les pratiques de son concurrent américain.

Incertitudes légales

La nouvelle loi cherche donc à satisfaire tous les acteurs français du secteur. La Fnac peut s’estimer d’autant plus heureuse que, d’après la nouvelle législation, elle pourra continuer à appliquer directement le rabais de 5% sur les livres vendus en ligne. Par quel miracle ? La loi le permet si les ouvrages sont retirés en magasin. Or, contrairement à Amazon, la Fnac dispose d’un réseau de distribution physique.

Amazon, qui détient 70% des parts de marché des ventes en ligne de livre, a tenté de combattre cette mesure depuis le début de l’affaire. Le groupe estime que sa plateforme est plus “complémentaire” que “concurrente” aux librairies traditionnelles, car il réalise “70% de ses ventes sur les livres de fond de catalogue”. Reste qu’un rapide passage par la case “meilleures ventes” du site révèle que le dernier Astérix, la série “Hunger Games” ou le dernier prix Goncourt y figurent. Pas franchement des fonds de catalogue.

Le géant américain n’est, cependant, pas le seul à critiquer cette nouvelle mesure. Sur le site d’inspiration libérale Atlantico, le juriste Jean-Philippe Feldman se demande si la nouvelle législation est bien légale, voire constitutionnelle. Il se demande si le fait “d’interdire à une catégorie d’acteurs et à elle seule [les sites de vente en ligne, NDLR] le droit de pratiquer une réduction de 5% du prix du livre” ne serait pas discriminatoire. Pour lui, l’obligation d’avoir un réseau de distribution pour pouvoir appliquer la réduction serait, aussi, “contraire à la liberté d’entreprendre”. Disposer “de commerces physiques constitue un investissement énorme sans réelle justification du point de vue du consommateur”, affirme ce juriste.

Reste que vu l'élan unanime des parlementaires, il y a fort peu de chances - ou de risques - que le Conseil constitutionnel soit saisi de cette question.

Première publication : 09/01/2014

  • INTERNET

    Les drôles de drones livreurs d'Amazon ne sont pas pour demain

    En savoir plus

  • INTERNET

    Amazon et d'autres e-librairies épinglées pour vente de livres faisant l'apologie d'abus sexuels

    En savoir plus

  • FRANCE

    Prix du livre : les députés votent une loi anti-Amazon

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)