Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

Amériques

Le Canada met un frein aux recherches sur l'environnement

© DR | Un container de livre photographié dans la bibliothèque Maurice Lamontagne.

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 10/01/2014

Depuis des mois, les autorités canadiennes ferment peu à peu les bibliothèques scientifiques consacrées aux études de la vie marine. Les chercheurs dénoncent la perte de milliers d’ouvrages inédits et la volonté d'Ottawa de museler les chercheurs.

Au Canada, l’heure est aux économies. Le ministère des Pêches et des Océans a, dans cet objectif, décidé de fermer une partie des bibliothèques scientifiques, riches d’une rare collection d’ouvrages spécialisés dans la vie marine – le Canada est le seul pays de la planète à être bordé par trois océans, Arctique, Atlantique et Pacifique. Une façon, selon certains chercheurs, de limiter les études sur les impacts environnementaux de la politique énergétique canadienne.

Ottawa, qui souhaite réduire le poids financier de l’État, a estimé qu’il n’était pas "équitable pour les contribuables de payer pour des bibliothèques que très peu de gens utilisent" : 86 % des utilisateurs travaillent en effet pour le ministère, chaque bibliothèque n’est visitée que par cinq à douze personnes extérieures chaque année.
 
Depuis le printemps dernier, au moins sept des onze bibliothèques consacrées à la pêche et à la vie marine ont ainsi fermé leurs portes au Canada. Le démantèlement de celle de l’Institut d’eau douce de Winnipeg, réputée à travers le monde, a fait souffler un vent de révolte au sein de la communauté scientifique : certains ouvrages dataient des années 1880 et n’étaient disponibles nulle part ailleurs, selon Burton Ayles, ancien directeur de cet établissement, interrogé par le "Globe and Mail".
 
"Une tragédie nationale"
 
"Ce que j’ai vu est incroyable. La bibliothèque a été ouverte et les gens ont été invités à venir prendre ce qui les intéressait sur les étagères. J’en ai vu repartir avec des cartons entiers de cartes anciennes et des documents anciens sur le plancton", raconte un autre chercheur de Winnipeg, interrogé par "Le Monde".
 
"C’est une tragédie nationale menée sous de faux prétextes budgétaires", s’est insurgé Peter Wells, chercheur à l’Institut océanographique international d’Halifax. Le ministère a assuré aux scientifiques que les ouvrages seraient systématiquement digitalisés et consultables en ligne, ce que réfutent plusieurs chercheurs.
 
En outre,  un cliché, publié par Radio-Canada en juin dernier, montre une benne, dans la cour de la bibliothèque de l’Institut Maurice Lamontagne vouée à fermer, remplie de livres et de revues (certains titres du magazine "Fisheries Science" - Sciences des pêches en français – y sont lisibles) jetés en vrac. En théorie, les 70 000 ouvrages qu'elle contenait devaient être transférés vers d'autres bibliothèques du pays, notamment en Ontario et en Nouvelle-Écosse.
 
Ottawa a assuré n’avoir détruit que les ouvrages existant en plusieurs exemplaires et qui n’avaient pas trouvé preneurs, mais dans les faits, personne n’a pu réellement contrôler ces opérations.
 
"Pétrodictature"
 
Au sein de la communauté scientifique, de nombreuses voix s’élèvent pour dénoncer la politique globale du gouvernement canadien à l’égard de la recherche. Et pour cause : la fermeture des bibliothèques est le dernier épisode en date du bras de fer qui oppose les scientifiques à l’exécutif canadien.
 
Car parallèlement au démantèlement de ces établissements, des programmes entiers de recherche ont été fermés. Les scientifiques concernés ont même commencé à s’expatrier pour pouvoir poursuivre leurs travaux. En outre, un sondage mené par l’institut Environics en juin dernier révèle un  musèlement des chercheurs par le gouvernement canadien. Ainsi, 86 % des 4 000 scientifiques sondés assurent qu’ils s’exposeraient à des représailles ou à de la censure s’ils dénonçaient une décision de leur ministère susceptible de nuire à la santé ou à l'environnement. "Si j’étais jeune chercheur, je serais découragé et je partirais à l’étranger", désespère Peter Wells, âgé de 67 ans.
 
"Ce gouvernement n’aime pas les données scientifiques sur les questions environnementales", résume Peter Wells. Dans la communauté scientifique, l’argument budgétaire avancé par Ottawa pour justifier ces coupes franches dans la recherche ne convainc guère. "Stephen Harper [Premier ministre canadien depuis 2006, NDLR] a fondé toute sa politique économique sur les sables bitumineux de l’Alberta, dont l’exploitation est désastreuse pour l’environnement : le gouvernement n’a d’autre choix que de mentir pour cacher ce désastre", estime, dans "Le Monde", le biologiste Daniel Pauly, mondialement reconnu dans la gestion des ressources marines et professeur à l’université de Colombie-Britannique. "Par exemple, poursuit-il, pour éviter que des découvertes gênantes ne soient faites sur l’exploitation des hydrocarbures, on ferme les laboratoires d’écotoxicologie. Cela fonctionne désormais comme cela au Canada et c’est extrêmement grave. Nous dérivons vers une pétrodictature".

Première publication : 10/01/2014

  • CANADA

    Le parrain de la mafia montréalaise Vito Rizzuto est décédé

    En savoir plus

  • CANADA

    Le Canada laisse libre cours à la prostitution

    En savoir plus

  • PÔLE NORD

    Le Canada veut mettre la main sur le pôle Nord

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)