Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

  • Israël mobilise 16 000 nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

Afrique

Centrafrique : le président par intérim, Michel Djotodia, démissionne

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 10/01/2014

Les dirigeants d’Afrique centrale ont obtenu, lors d'un sommet consacré à la Centrafrique, la démission du président par intérim Michel Djotodia et de son Premier ministre Nicolas Tiengaye compte tenu de leur incapacité à mettre fin aux violences.

Les dirigeants d'Afrique centrale ne faisaient plus mystère de leur intention d'obtenir le départ de l'exécutif centrafricain. À l'issue d'intenses tractations consacrées à la crise en Centrafrique menées au Tchad, le président centrafricain par intérim Michel Djotodia et son Premier ministre Nicolas Tiengaye ont démissionné vendredi 10 janvier. 

Soucieuse de ne pas être accusée d'ingérence, la Communauté économique des États d'Afrique centrale (CEEAC) a toutefois pris soin de laisser le choix de l'avenir politique de la Centrafrique aux mains des Centrafricains. Pour ce faire, elle a donc convoqué, en urgence, les 135 membres du Conseil national de transition centrafricain (CNT).

"Certains accusent la diplomatie française..."

Venus de Bangui jusqu'à N'Djamena, ils étaient invités à préparer un accord destiné à pousser l'actuel président vers la sortie. Accord qui a donc abouti, à la mi-journée, à la démission du chef de l'État et du chef du gouvernement.

Des discussions pour mettre en place une nouvelle direction auront lieu à Bangui à une date ultérieure, précise dans un communiqué la CEEAC.

Reste que certaines voix n'apprécient pas vraiment cette éviction sous la pression de la communuaté internationale. "Ici, en coulisse, certains accusent la diplomatie française d'avoir donné un peu trop d'écho médiatique aux rumeurs sur la démission de Djotodia pour la rendre inévitable", précise François-Xavier Freland, l'envoyé spécial de TV5 Monde, interrogé par FRANCE 24.

Depuis jeudi, la CEEA se montrait de plus en plus insistante à l'égard de Michel Djotodia et de Nicolas Tiengaye. "Les autorités de Centrafrique n'ont pas su répondre aux attentes des Centrafricains. Il vous appartient de prendre la mesure de la gravité de la situation dans votre pays. Et de vous assumer en choisissant librement vos dirigeants", avait ainsi déclaré, jeudi soir, le président tchadien Idriss Déby qui reproche à Djotodia de ne pas avoir mis fin aux violences interreligieuses et aux exactions dans son pays.

"On ne sait pas de quoi il s'agit"

Une situation pour le moins atypique pour un sommet africain de cette importance. En effet, tout est allé très vite. Après une journée marathon de pourparlers, jeudi, les chefs d'État africains avaient prévenu en urgence les membres du CNT et demandé leur transfert express dans la capitale tchadienne. Du jamais vu. "On a eu l'information il y a juste une heure. On ne sait pas de quoi il s'agit. On a pris les contacts, on s'est regroupés pour y aller", expliquait la vice-présidente du CNT, Léa Koyassoum Doumta.

La CEEAC, qui avait suspendu une première fois ses travaux en attendant l’arrivée des 135 membres du CNT à N'Djamena, leur avait demandé de statuer sur le sort de Djotodia  vendredi. La CEEAC justifiait alors son empressement par la situation gravissime qui prévaut dans le pays.

Avec AFP et Reuters

Première publication : 10/01/2014

  • CENTRAFRIQUE

    La transition centrafricaine en discussion à N'Djamena

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Reportage à Bangui : les Tchadiens, cibles des milices armées chrétiennes

    En savoir plus

  • RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE

    Reportage : des centaines de Maliens rapatriés de Bangui

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)