Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

Afrique

En Égypte, le général Sissi envisage d'être candidat à la présidentielle

© AFP

Vidéo par Pierrick LEURENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/01/2014

Le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée égyptienne qui a destitué le président Mohamed Morsi, a déclaré samedi qu'il serait candidat à la présidentielle si le peuple le "réclame" et si l'armée le soutient.

Il faudrait que le peuple le veuille. Le général Abdel Fattah al-Sissi, président du Conseil suprême des forces armées égyptiennes, a déclaré samedi 11 janvier qu’il pourrait être candidat à la présidence du pays si le peuple le lui demandait et si l’armée le soutenait, rapporte le quotidien "Al Ahram" sur son site internet. "Si je suis candidat, cela devra être à la demande du peuple et avec un mandat de mon armée (...) Nous vivons dans une démocratie", a-t-il dit lors d’un séminaire organisé par l’armée au Caire.  

Le général Sissi a parallèlement appelé les Égyptiens à participer massivement au référendum des 14 et 15 janvier sur une nouvelle Constitution, qui donne un peu plus de pouvoir aux militaires. Depuis que l'armée a destitué et arrêté le 3 juillet Mohamed Morsi, premier président égyptien élu démocratiquement, le gouvernement intérimaire nommé et dirigé de facto par les militaires réprime dans le sang les manifestations des pro-Morsi, mais a promis des élections présidentielle et législatives cette année.

Un homme populaire 

Depuis des semaines, la candidature à la présidence de celui qui jouit d'une très grande popularité et dont les portraits ornent les rues, les boutiques et certaines administrations est sur toutes les lèvres. Une grande majorité de la population soutient le nouveau pouvoir et le général Sissi dans l'implacable répression menée contre les islamistes, en particulier contre les Frères musulmans. L'influente confrérie de Mohamed Morsi avait remporté toutes les élections depuis qu'une révolte populaire début 2011 a chassé du pouvoir le président Hosni Moubarak, lui aussi issu de l'armée, après 30 ans de règne absolu.
 
Abdel Fattah al-Sissi, 59 ans, ancien chef du renseignement militaire, avait été nommé chef de la toute puissante armée égyptienne en 2012 sous le régime de Mohamed Morsi. C'est lui qui a annoncé le 3 juillet la destitution du chef de l'État islamiste et nommé le même jour le gouvernement et le président de transition, exigeant dans son discours qu'ils organisent des élections "libres" dans la première moitié de 2014.
 
Depuis le 14 août, quand policiers et soldats ont dispersé violemment des rassemblements de pro-Morsi au Caire, plus d'un millier d'entre eux ont été tués et des milliers de Frères arrêtés, dont la quasi-totalité des leaders de la confrérie. À l'instar de Mohamed Morsi, ils sont depuis jugés notamment pour incitation au meurtre de manifestants quand ils étaient au pouvoir et encourent la peine de mort.
 
Pour justifier son coup de force du 3 juillet, le général Sissi avait invoqué les millions de manifestants qui avaient réclamé le 30 juin le départ de Mohamed Morsi, l'accusant notamment de vouloir islamiser à marche forcée la société égyptienne et d'avoir failli à redresser une économie au bord de la banqueroute.

Avec AFP et Reuters

 

Première publication : 11/01/2014

  • ÉGYPTE

    Égypte : le projet de Constitution approuvé fait la part belle à l'armée

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Égypte : les forces de sécurité cibles d'attentats

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le général al-Sissi, tombeur des Frères musulmans, poussé vers la présidentielle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)