Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Naufrages de migrants, l'Europe face à l'urgence (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Reprise des manifestations en Guinée

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Reconnaissance du génocide des Arméniens : quel rôle joue la France ?

En savoir plus

Afrique

Reportage à Bangui : "S'ils ouvrent le feu, on riposte"

© Capture d'écran FRANCE 24

Vidéo par Rabya OUSSIBRAHIM , Matthieu MABIN , James ANDRE

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/01/2014

En Centrafrique, la démission et l'exil du président Michel Djotodia n'apaisent pas les tensions. Les envoyés spéciaux de FRANCE 24 ont rencontré anti-balaka et Séléka qui se tiennent tête sur l'axe stratégique du pont PK9 à Bangui.

Le pont PK9 est le principal axe de ravitaillement de Bangui. Et désormais, c'est un point de confrontation entre forces de la Séléka et milices anti-balaka. Depuis la démission, vendredi 10 janvier, du président centrafricain Michel Djotodia, désormais exilé au Bénin, ses combattants n’ont plus de chef. Ils tiennent cependant toujours tête à leurs ennemis.

"Depuis trois jours, on s’observe, explique aux envoyés spéciaux de FRANCE 24 le capitaine Souleymane Daouda, responsable du poste Séléka du PK9. Nous, quand ils ne tirent pas sur nous, on ne réagit pas. Mais comme ils ont décidé d’ouvrir le feu sur nous, on a riposté."

De l’autre côté du pont, les anti-balaka. Si, pour le moment, la situation reste relativement calme, des roquettes faites maison sont prêtes à servir alors que moins de 200 mètres séparent les combattants. Le caporal-chef Alfred Rombot, anti-balaka, commande la petite troupe. "Non, non, on n’a pas attaqué. C’est eux qui ont tiré sur nous. Il faut que les mercenaires partent. Quand ils se seront déplacés, on prendra PK9 et on travaillera avec l’armée française", assure-t-il.

"Ils ont fait le plus gros pas vers la paix"

Travailler avec l’armée française, un projet des deux camps qui n'est pour l’instant pas très réaliste. "On fait en sorte que tout le monde se tienne à carreau maintenant qu’ils n’ont plus de gouvernement. Ils ont fait le plus gros pas vers la paix", explique l’adjudant Thierry, membre de la force Sangaris. "Il faudrait m’ouvrir la barrière, je vais traverser, explique ensuite le soldat français à un membre de la Séléka. Je vais avec deux véhicules et je vais leur expliquer que ce soir je suis là. Si ça tire, je riposte."

Les Séléka sont prévenus. Quiconque utilisera ses armes essuiera les tirs des Français. Pour les anti-balaka, même message. "Il fallait leur dire qu’il ne faut pas qu’ils tirent sur nous. Hier, ils ont tiré", insiste le caporal-chef Alfred Rombot. La réponse du militaire français est sans appel : "ils savent que le tarif sera le même pour tout le monde : celui qui agresse sera éliminé".

Ce qui se passe autour de ce pont est à l’image de la crise qui déchire la Centrafrique. D’un côté les milices anti-balaka, de l’autre les forces de la Séléka, et au centre la force internationale qui essaie d’éviter un bain de sang.

Première publication : 12/01/2014

  • CENTRAFRIQUE

    L'ex-président centrafricain Michel Djotodia s'exile au Bénin

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    Scènes de liesse à Bangui après la démission de Michel Djotodia

    En savoir plus

  • CENTRAFRIQUE

    "Il est impossible de reconnaître Djotodia comme président de la Centrafrique"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)