Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

EUROPE

Les nationalistes basques défient Madrid et soutiennent l'ETA à Bilbao

© AFP

Vidéo par Ludovic DE FOUCAUD

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/01/2014

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté samedi dans les rues de Bilbao en soutien aux prisonniers de l'ETA et ce malgré l'interdiction par Madrid du rassemblement.

Ils sont descendus en masse dans les rues de Bilbao pour défier le pouvoir espagnol. Malgré l'interdiction de manifester, plusieurs dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues de la ville du nord de l'Espagne samedi 11 janvier à l'appel des nationalistes et indépendantistes basques, en soutien aux prisonniers de l'ETA.

Officiellement, le mot d'ordre était celui d'un défilé silencieux. Mais c'est aux cris de "Prisonniers basques à la maison" que les manifestants ont marché, éclatant en applaudissements au passage du cortège des familles de militants emprisonnés du groupe armé ETA, très émus, foulard blanc autour du cou.

Sous le mot d'ordre "Droits de l'Homme, accord, paix", les partis de la gauche indépendantiste, deuxième force politique du Pays basque, et les nationalistes conservateurs du PNV, à la tête du gouvernement régional, avaient convoqué ensemble cette marche.

Un rendez-vous annuel qui a pris un visage particulier, puisque c'est la première fois depuis 1999 que le PNV se joignait à une manifestation des indépendantistes. "Cette manifestation me paraît très importante, c'est un pas vers une solution au problème du Pays basque, parce que c'est l'union des forces nationalistes et indépendantistes", a lancé Maria Jesus Etxebarria, une retraitée de 73 ans venue de San Sebastian.

Le sort des prisonniers basques au cœur de la mobilisation

Mais pour Asuncion Aranburu, le sort des prisonniers basques est bien au cœur de la mobilisation. "Le slogan a changé, mais c'est celui des droits de l'Homme, de la paix et de la résolution du conflit. Et les droits des prisonniers s'inscrivent dans les droits de l'Homme", remarquait cette femme de 49 ans qui parcourt chaque semaine 1 400 kilomètres pour aller rendre une brève visite à son époux en prison.

Cette fois, l'interdiction par la justice espagnole, vendredi, de la manifestation prévue pour réclamer la fin de la "dispersion" des prisonniers de l'ETA a précipité cette réponse commune des deux forces politiques, qui représentent plus de la moitié de l'électorat basque.

Revendication historique de l'ETA et de la gauche indépendantiste, la fin de la "dispersion" fait figure, après l'abandon de la violence le 20 octobre 2011 par le groupe séparatiste, d'abcès de fixation dans le face à face l'opposant à Madrid.

Selon le réseau de soutien aux prisonniers Etxerat, 520 militants sont aujourd'hui détenus dans des dizaines de prisons espagnoles et françaises, une politique de dispersion pratiquée depuis 25 ans par l'Espagne dans le but d'empêcher les prisonniers de se réorganiser derrière les barreaux.

Mais l'actuel gouvernement de droite espagnol reste inflexible dans son refus de toute concession à l'ETA, qui refuse de désarmer, et réclame la dissolution sans condition du groupe, rendu responsable de la mort de 829 personnes en 40 ans de violences pour l'indépendance du Pays basque et de la Navarre.

Avec AFP

Première publication : 12/01/2014

  • SÉPARATISTES BASQUES

    Condamnée à 3828 ans de prison, une militante de l'ETA libérée

    En savoir plus

  • FRANCE

    Six membres de l'ETA arrêtés dans le centre et le sud de la France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Décès de "Thierry", ancien chef présumé de l'ETA

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)