Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ÉLÉMENT TERRE

Éthiopie : le défi vert

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

David Cameron vs Ed Miliband : le match des programmes

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Pour Cécile Kyenge, la demande d'asile en Europe doit être simplifiée

En savoir plus

BILLET RETOUR

Chine : sept ans après le séisme au Sichuan, les questions restent en suspens

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Maréma, nouvelle voix du Sénégal

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La guerre des Le Pen

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bas les pattes !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La dérive morale de Tsahal"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis : les tensions raciales restent vives

En savoir plus

FRANCE

Des milliers de Kurdes manifestent à Paris un an après le meurtre de militantes

© AFP

Vidéo par Julien SAUVAGET

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/01/2014

Plusieurs milliers de personnes venues de toutes l'Europe ont manifesté samedi à Paris pour réclamer justice, un an après l'assassinat de trois militantes kurdes.

Ils sont venus de toute l'Europe pour demander "vérité et justice". Des milliers de personnes - 13 000 selon la police, 30 000 selon les organisateurs - ont défilé samedi 11 janvier à Paris pour demander que lumière soit faite sur l'assassinat il y a un an de trois militantes kurdes dans la capitale française.

Partis en début d'après-midi des abords de la Gare du Nord, les manifestants ont marché jusqu'à la place de la République, sans incidents. "Justice et vérité, identifiez les commanditaires", proclamait une banderole de la Fédération des associations kurdes de France, des pancartes évoquant elles un "assassinat politique" et les manifestants brandissant aussi de nombreux portraits des militantes assassinées.

Plusieurs hypothèses

Le 9 janvier 2013, Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez étaient retrouvées tuées par balles dans les locaux du Centre d'information kurde (CIK), 147 rue Lafayette (Xe) près de la Gare du Nord. Un homme, Ömer Güney, a été arrêté huit jours après l'assassinat des militantes, et mis en examen le 21 janvier 2013 pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste".

Plusieurs hypothèses ont été évoquées pour expliquer ce triple homicide : règlement de compte interne au sein de la mouvance kurde dans un contexte d'ouverture de pourparlers de paix entre le PKK et Ankara, acte du mouvement turc d'extrême droite des "Loups Gris", assassinat politique (thèse privilégiée dans la mouvance kurde), voire crime crapuleux ou différend personnel.

Les associations kurdes souhaitent "un geste fort du président de la République" François Hollande et qu'il demande "des comptes au gouvernement turc lors de son prochain voyage en Turquie fin janvier".

Avec AFP et Reuters

Première publication : 12/01/2014

  • FRANCE

    Militantes kurdes assassinées à Paris : deux proches en garde à vue

    En savoir plus

  • FRANCE

    Triple meurtre de militantes kurdes : 15 000 manifestants dans les rues de Paris

    En savoir plus

  • FRANCE

    Trois militantes kurdes abattues d’une balle dans la tête à Paris

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)