Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : la communauté internationale redouble d'efforts à l'approche de Genève-2

© AFP

Vidéo par Antoine MARIOTTI

Texte par Amara MAKHOUL-YATIM

Dernière modification : 13/01/2014

Les efforts diplomatiques s'intensifient en vue de la conférence de paix sur la Syrie qui doit avoir lieu le 22 janvier. Occidentaux et Russes tentent toujours de convaincre l'opposition et Damas de s'asseoir à la table des négociations.

À dix jours de la date prévue pour la tenue de la conférence de paix dite Genève-2, la communauté internationale intensifie ses efforts pour donner au sommet des chances d’arrêter le bain de sang en Syrie, où plus de 130 000 personnes ont été tuées dans les combats entre rebelles et régime depuis mars 2011.

Initiée par la Russie et les États-unis, cette conférence de paix, dont l’idée même a déjà suscité de nombreuses querelles, a pour but d'amener le régime et l’opposition à la même table de négociations et de mettre en application les dispositions avancées à la conférence de Genève-1, qui s'était tenue en juin 2012. Reste que malgré tous les efforts déployés notamment par les Occidentaux, les principaux intéressés, le régime syrien et l’opposition, semblent réticents.

Dialogue de sourds

Le communiqué final de ce premier rendez-vous genevois prévoyait notamment la formation d'un gouvernement transitoire tout en passant sous silence le rôle éventuel de Bachar al-Assad, pomme de discorde entre les deux camps. Depuis, le départ d’Assad est en effet devenu la condition préalable, posée par l’opposition, à sa participation à Genève-2. Et cela, le régime syrien ne veut pas en entendre parler. À maintes reprises, Damas a répété qu’il n'irait pas à Genève "pour remettre le pouvoir à qui que ce soit ni faire de transactions avec qui que soit" et qu'il revient à Bachar al-Assad de mener la transition, en cas d'accord en Suisse.

Au vu de cela, mais surtout de la multiplication des bombardements des troupes du régime sur Alep ou encore du siège imposé au quartier rebelle de Yarmouk près de Damas, plusieurs tendances de la Coalition refusent l’idée même de négocier avec le pouvoir syrien. La coalition exige en outre et avant le début des négociations, la cessation du recours aux armes lourdes par le régime et la mise en place de couloirs humanitaires.

Dimanche, les Amis de la Syrie, un groupe composé de onze pays dont la France, les États-Unis, mais aussi le Qatar et l’Arabie saoudite, ont ainsi une nouvelle fois exhorté la Coalition nationale syrienne à prendre part à la fameuse conférence. Or, la CNS, instance de l’opposition syrienne reconnue par l’Occident, est profondément divisée sur son éventuelle participation à Genève-2 et n’a eu de cesse depuis plusieurs mois d’imposer des conditions préalables. Quarante-huit heures de débats houleux entre ses membres réunis à Istanbul cette semaine n'ont pas permis à la Coalition de prendre une décision. Elle doit à nouveau se réunir le 17 janvier.

L’Iran, participera ou pas ?

Malgré les inconnues, les efforts diplomatiques ne faiblissent pas. À l’issue d’une entrevue lundi entre John Kerry et Sergueï Lavrov, les chefs de la diplomatie russe et américain ont appelé à un "cessez-le-feu" limité géographiquement avant l’ouverture de la conférence de paix. Une nouvelle tentative pour amener l’opposition à la table des négociations en réalisant une de ses conditions.

Les deux pays ont continué par ailleurs à marquer leur désaccord sur la question de l’éventuelle participation de l'Iran à ces négociations, à laquelle Washington s’oppose. Devant la presse, Sergueï Lavrov et l’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe Lakhdar Brahimi ont souhaité la participation à Genève-2 de l'Iran, qui n'a pas été invité jusqu'ici. "Pour nous, l'implication de pays tels que l'Iran et l'Arabie saoudite est une nécessité impérative", a déclaré M. Lavrov. "Il n'y a plus que quelques jours avant le 22 janvier. Nous devons tout faire pour démarrer le processus", a-t-il ajouté.

L'Arabie saoudite a été invitée en Suisse, mais pas l'Iran en raison de l'opposition américaine. Pour les États-Unis, comme pour la France, si l'Iran veut participer à Genève-2, ce pays doit clairement accepter son objectif d'établir un gouvernement provisoire doté des pleins pouvoirs, associant rebelles et des représentants du régime. L'Iran sera "bienvenu" en Suisse sous condition d'accepter la transition politique, a ainsi répété lundi John Kerry. De son côté, Téhéran, dont le chef de la diplomatie Mohammad Javad Zarif est attendu prochainement en Syrie, a assuré dimanche être prêt à participer aux négociations en Suisse, mais "sans conditions préalables".

Première publication : 13/01/2014

  • DIPLOMATIE

    Syrie : Assad envisage l’ouverture de "corridors humanitaires"

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Laurent Fabius sur la Syrie : "Genève-2 doit se tenir et réussir"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Genève-2 : "Les négociations vont porter sur une diminution des combats"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)