Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Moyen-Orient

Israël rend un dernier hommage à Ariel Sharon

© Capture d'écran

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/01/2014

Décédé samedi après huit années passées dans le coma, l’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon a été inhumé, lundi, dans sa ferme familiale au sud du pays.

Deux jours après le décès de l’ancien Premier ministre israélien Ariel Sharon, la cérémonie d’hommage officielle s'est tenue, lundi 13 janvier au matin, à Jérusalem.

L’ancien chef de guerre a ensuite été inhumé dans sa ferme familiale située au sud d'Israël, à proximité de la frontière avec la bande de Gaza, à 14 heures (12h GMT). Ariel Sharon est décédé samedi après huit années de coma, à l'âge de 85 ans.

L’annonce de son décès a suscité de nombreuses réactions à travers le monde. En Israël, la presse de droite comme de gauche a unanimement salué l’homme et le leader politique.

L'homme honni des Palestiniens

Ariel Sharon restera aussi dans l'Histoire comme l'artisan en 1982 de la désastreuse invasion du Liban, alors qu'il était ministre de la Défense. Une commission d'enquête israélienne avait conclu à la "responsabilité indirecte" de Sharon dans le massacre de centaines de civils palestiniens par ses alliés phalangistes chrétiens libanais dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila à Beyrouth en septembre 1982.

De Gaza à Ramallah, et de Jénine aux camps de réfugiés du Liban, les Palestiniens n'ont pas caché leur immense joie à l'annonce du décès du "criminel Sharon", mais aussi leurs regrets que le général israélien n'ait pas comparu devant la justice internationale.

Human Rights Watch (HRW) a également jugé "regrettable que Sharon aille vers sa tombe sans répondre devant la justice de son rôle à Sabra et Chatila et d'autres violations" des droits de l'Homme.

Avec AFP

Première publication : 13/01/2014

  • ISRAËL

    Réactions partagées après la mort d’Ariel Sharon

    En savoir plus

  • ISRAËL

    Disparition d'Ariel Sharon, l’homme qui rêvait d’un "Grand Israël"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)