Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Michel Barnier : "Le grignotage de l’Ukraine n’est pas acceptable"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Francis Collomp, ancien otage au Nigeria, raconte son évasion

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Charlie Hebdo, "c'est reparti"... comme avant ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Syrie : Assad, interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Syrie : Assad envisage l’ouverture de "corridors humanitaires"

© Capture d'écran

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/01/2014

Selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, le président syrien Bachar al-Assad serait prêt à envisager la mise en place de "corridors humanitaires" pour venir en aide aux civils touchés par le conflit qui ravage le pays.

Le président syrien Bachar al-Assad serait prêt à envisager l'ouverture de "corridors humanitaires", afin de permettre l’acheminement d’une aide à destination des civils syriens, selon le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, lors d’une conférence de presse tenue avec son homologue américain John Kerry, lundi 13 janvier à Paris.

Sergueï Lavrov a précisé que ces accès pourraient notamment concerner la Ghouta orientale, qui se situe à la périphérie de Damas. Les deux hommes ont par ailleurs évoqué un projet de cessez-le-feu "localisé", dont l’application pourrait débuter à Alep, dans le nord du pays, a expliqué John Kerry.

"Nous avons discuté aujourd'hui de la possibilité de tenter d'encourager un cessez-le-feu, peut-être un cessez-le-feu localisé à Alep [au nord, NDLR] pour commencer", a déclaré le secrétaire d'État américain.

Au cours de la conférence, les chefs de la diplomatie américaine et russe ont en outre évoqué la possibilité d’un échange de prisonniers entre les deux camps.

Genève-2 toujours sans l’Iran

Cette série d’annonces intervient au lendemain de la réunion, à Paris, des Amis de la Syrie pour convaincre l'opposition syrienne de participer à Genève-2. Cette réunion prévue le 22 janvier aura pour but d'étudier les modalités d’un processus de transition politique dans le pays.

Face aux médias, Sergueï Lavrov, soutenu par l'envoyé spécial de la Ligue arabe et de l'ONU pour la Syrie, Ladhkar Brahimi, a souhaité la participation de l'Iran à Genève-2. "Pour nous, l'implication de pays tels que l'Iran et l'Arabie saoudite est une nécessité impérative", a déclaré Sergueï Lavrov. "Il n'y a plus que quelques jours avant le 22 janvier. Nous devons tout faire pour démarrer le processus", a-t-il ajouté.

Pour l’heure, Téhéran n’a pas été invité, notamment parce que Washington impose comme préalable l’acceptation d’une transition politique en Syrie par les Iraniens. Une condition préalable à laquelle les autorités du pays, qui soutiennent ouvertement le régime en place à Damas, refusent de se conformer.

Avec Reuters 

Première publication : 13/01/2014

  • DIPLOMATIE

    Laurent Fabius sur la Syrie : "Genève-2 doit se tenir et réussir"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Le premier chargement d'armes chimiques a été évacué de Syrie

    En savoir plus

  • MÉDIAS

    "Il faut écrire sur la Syrie et, pour cela, y être"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)