Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Grands titres, débats, éditos et histoires du jour... Nos chroniqueurs passent en revue la presse française et la presse internationale. Du lundi au vendredi à 7h20 et 9h20.

Dernière modification : 14/01/2014

"Le calvaire des réfugiés syriens"

© France 24

Presse internationale, mardi 14 janvier. Au menu de la revue de presse internationale, l’appel des États-Unis et de la Russie à un cessez-le-feu limité en Syrie, le sort des réfugiés syriens en Égypte, et les difficultés de François Hollande vues d’ailleurs.

Le + : Recevez tous les matins la Revue de presse de France 24 sur votre I-Phone ou sur tout autre mobile. Et également toujours sur votre PC en devenant fan sur Facebook

 
On commence cette revue de presse internationale avec l’appel des Etats-Unis et de la Russie à un "cessez-le-feu" limité en Syrie avant la conférence de paix du 22 janvier - une des exigences de la Coalition de l’opposition syrienne pour y participer.
 
Ce serait même un répit vital non seulement pour l’opposition, mais pour toutes les parties prenantes de ce conflit, d’après le quotidien panarabe basé à Londres Asharq Al Awsat, qui évoque des belligérants - le régime, ses alliés, ses opposants - et surtout le peuple syrien, "exténués" après trois ans de guerre civile. Tout se passe comme si aucune partie ne parvenait à l’emporter sur les autres, écrit en substance le journal.
 
Trois ans après le début de la guerre, The International New York Times évoque des négociations qui font du sur-place, alors que sur le terrain, les pires pronostics se sont réalisés: plus de 130 000 morts, plus de 9 millions de déplacés, et un conflit dont les "métastases" ont gagné et déstabilisé les pays alentour, agissant comme un "aimant" à combattants. Dans le même temps, les Etats-Unis et leurs alliés tergiversaient sur l’aide à apporter à l’opposition modérée: "il est plus que temps de lui apporter une assistance non léthale", avertit le journal.
 
L’autre réalité de ce conflit, est le sort des quelque 3 millions de réfugiés syriens, dont le calvaire ne s’arrêta pas aux portes de leur pays. The Guardian rapporte le témoignage hallucinant de Mahmoud, qui a fui le pays après que son fils de 12 ans fut mutilé à Damas. Il est d’abord parvenu à se réfugier en Egypte, où la xénophobie l’a poussé à tenter de gagner l’Europe en bateau; celui-ci a coulé, sa mère et son frère sont morts, après que les garde-côtes égyptiens ont refusé de leur porter secours. Revenus en Egypte, lui et son fils ont été emprisonnés 3 mois pour avoir tenté de fuir illégalement le pays.
 
Mahmoud, rapporte The Guardian, a été l’un des 1 400 Syriens à être emprisonnés illégalement, sans aucun procès en Egypte, en octobre dernier. Parmi eux, 50 enfants. 200 de ces réfugiés ont finalement obtenu un hébergement pour trois mois, mais pour tous les autres, rien, si ce n’est l’obligation de retourner chez eux.
 
Trois ans après le début des révolutions arabes, le bilan, en Syrie et en Egypte notamment, est très sombre. Le journal Le Monde consacre tout un dossier à la façon dont le printemps arabe s’est transformé en guerre d’influence entre une Arabie saoudite sunnite et l’Iran chiite; comment le pouvoir saoudien a dépensé sans compter pour endiguer la vague des révolutions arabes ou la mettre au service de ses ambitions régionales.
 
On termine par un coup d’œil à la presse anglo-saxonne, qui consacre depuis plusieurs jours une large part aux difficultés de François hollande - à voir dans The Independent, qui a même son petit conseil pour le président: éluder le sujet de sa vie privée.
 
"Les Français en remontrent aux Américains en matière de traitement des scandales sexuels présidentiels", s’esbaudit The LA Times.
 
Retrouvez tous les matins sur France 24 la Revue de presse française (du lundi au vendredi, 6h23-7h10-10h40 heure de Paris) et la Revue de presse internationale (du lundi au vendredi à 9h10 et 13h10). Suivez également tous les week-ends en multidiffusion la Revue des Hebdos.

 

Par Hélène FRADE

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/01/2017 Donald Trump

"C'est parti pour le show"

Toute la presse française titre ce matin, presque sans exception, sur l’investiture de Donald Trump. Les journaux reviennent également sur le dernier débat avant le premier tour...

En savoir plus

20/01/2017 Donald Trump

"Du neuf dans un nouveau monde"

La presse mondiale revient ce matin évidemment sur l’investiture de Donald Trump. La situation en Gambie n’est toutefois pas oubliée.

En savoir plus

18/01/2017 Revue de presse internationale

"Ne l'appelez plus Theresa Maybe"

Au menu de la revue de presse internationale de ce mercredi, les commentaires des journaux anglo-saxons après le Brexit radical décidé par Londres. Les amateurs de jeux de mots...

En savoir plus

18/01/2017 Brexit

"Brexit et météo : le froid s'installe"

"Ressenti" est le mot à la Une de la revue de presse française de ce mercredi. Il y a le ressenti des journaux après le choix d'un Brexit radical décidé hier par Theresa May. Il...

En savoir plus

17/01/2017 Revue de presse internationale

"Le Royaume-Uni libéré, délivré"

Au menu de cette revue de presse internationale, mardi 17 janvier, le discours très attendu de Theresa May sur le Brexit et la réaction des Européens aux critiques de Donald...

En savoir plus