Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Données personnelles : les pratiques des géants du Net dénoncées

En savoir plus

SUR LE NET

Hommages aux victimes du naufrage en Corée du sud

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Abdelaziz Bouteflika réélu pour un quatrième mandat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Aquilino Morelle : Un "caillou" dans la chaussure de François Hollande

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 18 avril (Partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Crise ukrainienne : vers une nouvelle guerre du gaz ?

En savoir plus

#ActuElles

Carrière envers et contre tout ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

50 milliards d'économies : un plan d'austérité qui ne dit pas son nom ?

En savoir plus

  • La prise d'otages, "monnaie d'échange" pour les djihadistes en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : fusillade à Sloviansk, les séparatistes demandent l'aide de Moscou

    En savoir plus

  • Les héritiers de Renault ne désespèrent pas de revoir quelques milliards

    En savoir plus

  • Kabylie : affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Tizi Ouzou

    En savoir plus

  • Tournoi de Monte-Carlo : Wawrinka bat Federer en finale

    En savoir plus

  • Bientôt Pâques sans chocolat ?

    En savoir plus

  • Bachar al-Assad dans la ville chrétienne de Maaloula pour Pâques

    En savoir plus

  • De retour en France, les ex-otages évoquent des conditions de détention "rudes"

    En savoir plus

  • Algérie : 14 soldats tués dans une embuscade en Kabylie

    En savoir plus

  • Vidéo : pour RSF, la Syrie ne doit pas devenir "un trou noir" de l’information

    En savoir plus

  • Grand Prix de Chine : Hamilton et Rosberg offrent un nouveau doublé à Mercedes

    En savoir plus

  • Grande Guerre : les animaux, ces grands oubliés des tranchées

    En savoir plus

  • Le Paris Saint-Germain se console avec la Coupe de la Ligue

    En savoir plus

  • "Nous avons traversé la frontière à tête découverte, les mains dans les poches"

    En savoir plus

  • En images : les célébrations de Pâques dans le monde

    En savoir plus

  • Corée du Sud : une vingtaine de corps repêchés du ferry naufragé

    En savoir plus

  • En images : Rencontres internationales de cerfs-volants à Berck-sur-Mer

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

Colombie: mobilisation à Bogota après la destitution du maire

AFP

La destitution du maire de Bogota, Gustavo Petro, ex guérillero devenu symbole de la gauche en Colombie, confirmée lundi, provoque de nouvelles manifestations à l'appel de l'élu.Le maire destitué Gustavo Petro salue ses partisans, le 13 janvier 2014 à Bogota

La destitution du maire de Bogota, Gustavo Petro, ex guérillero devenu symbole de la gauche en Colombie, confirmée lundi, provoque de nouvelles manifestations à l'appel de l'élu.Le maire destitué Gustavo Petro salue ses partisans, le 13 janvier 2014 à Bogota

La destitution du maire de Bogota, Gustavo Petro, ex guérillero devenu symbole de la gauche en Colombie, confirmée lundi, provoque de nouvelles manifestations à l'appel de l'élu.

L'organisme public chargé du contrôle des fonctionnaires a définitivement validé la "sanction de destitution et inéligibilité durant 15 ans" infligée à M. Petro, prise en décembre pour une passation de marché jugée illégale dans le domaine du ramassage des ordures.

La décision doit désormais "être communiquée au président colombien Juan Manuel Santos afin qu'il l'exécute", a précisé à l'AFP un responsable de cet organisme appelé "procuradoria".

La sanction frappant M. Petro a suscité depuis un mois une forte polémique et de nombreux rassemblements à Bogota, le maire dénonçant un complot contre la gauche et contre le processus de paix en cours avec la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc).

Après la confirmation de sa destitution, l'élu, qui occupe la fonction politique considérée comme la plus importante après celle de président de la République, a appelé ses partisans à défiler dans les rues et entretenir une "mobilisation permanente" sur la place Bolivar, la principale de la capitale, fustigeant un "coup d'Etat".

Dans la soirée, des milliers de personnes ont répondu à cet appel aux cris de "Petro ne part pas" sur ce lieu emblématique pour les partisans du maire, situé près de la mairie, mais aussi du palais de justice et du parlement.

"Gustavo nous a convoqués pour rester ici jusqu'à ce que ce problème soit résolu. Je crois que la plupart d'entre nous vont rester car c'est un coup évident porté au vote populaire", a déclaré à l'AFP German Acosta, un étudiant venu manifester.

Ancien membre de la guérilla urbaine du M-19 (Mouvement du 19 avril), dissoute en 1990, cet économiste de 53 ans avait été investi en janvier 2012 pour un mandat de quatre ans à la tête de cette ville de sept millions d'habitants.

Des recours ont été introduits par le maire pour contester la décision dont il fait l'objet auprès d'un tribunal administratif et de la "procuradoria". La Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH) a également été saisie à Washington par l'équipe municipale.

Parallèlement, un référendum posant la question du maintien du maire a été convoqué pour le 2 mars, à l'initiative d'opposants, qui ont réuni suffisamment de signatures pour obtenir l'organisation d'un tel scrutin.

M. Petro avait récemment demandé au chef de l'Etat, un dirigeant de centre-droit, de freiner sa destitution au moins jusqu'à la tenue de ce scrutin, mais jusqu'à présent la présidence a toujours indiqué qu'il ne lui appartenait pas de se prononcer sur cette sanction administrative.

Première publication : 14/01/2014