Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Afrique

Pour Ennahda, la démission de son Premier ministre prouve sa "valeur morale"

© AFP - Archive | Rached Ghannouchi, le chef de file du parti islamiste tunisien Ennahda

Vidéo par Marine CASALIS , Hamdi TLILI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 14/01/2014

Le Premier ministre tunisien issu du parti islamiste Ennahda a été contraint à la démission le 9 janvier. Au sein de sa formation, les députés ne sont pas découragés et affirment avoir le soutien du peuple pour les prochaines élections. Reportage.

Premier groupe politique au sein de l'Assemblée nationale tunisienne, le parti Ennahda a été contraint, sous la pression, à quitter le gouvernement après une crise politique de plusieurs mois. Conformément à un accord négocié par la classe politique, le Premier ministre, Ali Larayedh, a officiellement annoncé sa démission jeudi 9 janvier. Et ce, afin de permettre l'entrée en fonction d'un gouvernement provisoire chargé d'expédier les affaires courantes jusqu'aux élections, prévues en 2014.

Malgré cet échec, les dirigeants du parti ne se laissent pas abattre et regardent déjà vers l’avenir. "Il appartiendra au peuple tunisien de dire dans les prochaines élections si Ennahda a échoué ou pas. Ennahda a fait ce qu’elle pouvait et dans des conditions très difficiles et très particulières", a ainsi expliqué à FRANCE 24 Zied Ladhari, le porte-parole du parti islamiste.

Au sein de la formation politique, les députés ont adopté un seul mot d’ordre pour justifier ce départ. Ils soutiennent s'être seulement préoccupés du pays et non de leur parti. "On n'est pas sortis parce que c'est un désaveu, d'ailleurs la rue nous a demandé de rester. On s'est retiré parce qu'on s'est engagé à donner la priorité à l'intérêt national de la Tunisie", estime Meherzia Labidi, vice-présidente de l’Assemblée nationale constituante.

"Un crédit électoral pour le mouvement"

Dans les instances locales d’Ennahda, le discours est le même. Pour Abderrazak Trabelsi, un membre du bureau du quartier de Hrairia à l’Ouest de Tunis, il n’y a pas de regrets à avoir : "Le gouvernement, le pouvoir ce n'est pas un objectif en soi. Je ne vous cache pas qu'il y a quelques-uns de nos militants qui sont un peu déçus mais une bonne partie d'entre eux sait bien que c'est peut-être la bonne décision dans l'intérêt du pays".

Selon un autre militant, Nouri Jbeli, ce départ du gouvernement est même perçu comme un succès : "Je considère cette démission comme un crédit électoral pour le mouvement. C'est un crédit de confiance et de valeur morale peut-être un crédit positif en faveur du parti pour les prochaines élections. À cette étape, démissionner et quitter le pouvoir c'est ce qu'on appelle du réalisme politique".

À la suite de cette démission, Mehdi Jomaâ a été chargé, vendredi 10 janvier, de former un nouveau gouvernement devant conduire la Tunisie jusqu'à des élections en 2014. Elles devraient se tenir après l’adoption de la Loi fondamentale, qui devra recueillir les votes des deux-tiers des députés, faute de quoi un référendum sera organisé.
 

Première publication : 14/01/2014

  • TUNISIE

    Mehdi Jomaâ, l’ingénieur qui rêve de reconstruire la Tunisie

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La transition se poursuit en Tunisie avec la démission du Premier ministre

    En savoir plus

  • TUNISIE

    L'égalité entre hommes et femmes inscrite dans la Constitution tunisienne

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)