Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des militants anti-avortement s'opposent au « Ice Bucket Challenge »

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Jean Garrigues, historien et spécialiste d'histoire politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Birdman" en ouverture de la 71ème Mostra de Venise

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

À Gaza, Israël et le Hamas revendiquent la victoire

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'aime l'entreprise"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

La fin du calvaire pour Peter Theo Curtis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Coup d’envoi de la 71e Mostra de Venise

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls : le Premier ministre en opération séduction

En savoir plus

DÉBAT

Cessez-le-feu à Gaza : un espoir pour la paix ?

En savoir plus

  • Kiev dénonce une invasion russe et en appelle à l'Otan

    En savoir plus

  • L’OMS s’attend à plus de 20 000 cas d'Ebola en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • En images : des millions de criquets envahissent Antananarivo

    En savoir plus

  • Vidéo : à Paris, les coiffeuses sans-papiers de Château d'eau se rebellent

    En savoir plus

  • Israël-Palestine, Libye, Russie... Ce que préconise François Hollande

    En savoir plus

  • Netflix prépare "Marseille", un "House of Cards" aux accents provençaux

    En savoir plus

  • La Française Clarisse Agbegnenou championne du monde de judo

    En savoir plus

  • La France retrouve ses mondialistes pour affronter l’Espagne

    En savoir plus

  • Erdogan débute son mandat présidentiel en Turquie

    En savoir plus

  • Matignon dément toute intention de toucher aux 35 heures

    En savoir plus

  • Michel Platini renonce à briguer la présidence de la Fifa

    En savoir plus

  • Trafic présumé de bébés : le président du Parlement a quitté le Niger

    En savoir plus

  • Le "califat" de Boko Haram : "Un simple coup médiatique"

    En savoir plus

  • La mère de Steven Sotloff implore le "calife" de l’EI d’épargner son fils

    En savoir plus

  • Samuel Eto’o met un terme à sa carrière internationale avec le Cameroun

    En savoir plus

Asie - pacifique

"French bashing" : l'ambassade de France à Londres contre-attaque

© DR/Façade de l'ambassade de France à Londres

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 15/01/2014

À la manière du journal "Le Monde" après l’article du "Newsweek" sur le supposé déclin français, l’ambassade de France à Londres a répondu non sans ironie aux approximations contenues dans un article du très droitier quotidien "City A.M.".

"Newsweek" en a déjà fait l’expérience. Quelconque journaliste étranger se piquerait de dépeindre le déclin de la France verra désormais son article passer au test du "fact-checking" (vérification des faits) si cher à la presse anglo-saxonne. Peu après le retentissant papier "The Fall of France" paru le 3 janvier dans l’ancien hebdomadaire américain devenu 100 % numérique, "Le Monde" avait répliqué en pointant les "mille et une erreurs" contenues dans l’objet du délit. Anne Sinclair, directrice de la rédaction du "Huffington Post" français, s’était quant à elle fendu d’une tribune dans laquelle elle fustigeait des "inepties" vouées à "démolir la France".

Après les journalistes, c’est au tour de l’ambassade de France à Londres de répondre point par point à un nouvel acte de lèse-République française commis cette fois-ci par le très libéral quotidien britannique "City A.M." sous le titre "En France, l’expérience socialiste ratée vire au désastre". Sur son site Internet, la représentation hexagonale en Grande-Bretagne détaille, à la manière d’un article de presse, les "10 raisons pour lesquelles ‘City A.M.’ se trompe sur la France".

Préjugés et erreurs

"Mélange idéologique de préjugés et d’erreurs", l’éditorial n’est, aux yeux des services diplomatiques français, qu’une interprétation fallacieuse de l’actuelle situation économique de l’Hexagone ainsi que des réformes engagées par son gouvernement. Il faut dire que l’auteur de la diatribe, Allister Heath, n’y va pas avec le dos de la petite cuillère à thé. Non sans une pincée de mauvaise foi, le journaliste énumère les causes du "naufrage" gaulois : "État prédominant, taux d'imposition affreusement élevé, régulation financière démente, dépenses publiques absurdes et inefficaces, défiance généralisée envers les affaires, le capitalisme, le succès et l’investissement au travail."

Quel businessman ayant une once de sens commun irait donc investir le moindre kopek dans un pays où les "syndicats communistes" kidnappent leurs employeurs et les jeunes des banlieues incendient les voitures la nuit de la Saint-Sylvestre ? interroge Allister Heath. Avant d’affirmer sans ambages : "Les grands groupes ne devraient pas s’embêter à ouvrir des filiales en France ; il existe tellement d’autres meilleurs endroits dans le monde où placer son argent."

C’est ce conseil pour le moins direct qui a dû faire bondir l’ambassade de France et pousser ses services de communication à prendre la plume. "Les 20 000 grandes compagnies étrangères aujourd’hui installées en France, où elles emploient près de 2 millions de personnes, doivent certainement souffrir de démence !", écrit-elle en guise de droit de réponse.

De fait, la riposte est aussi ironique que l'attaque est frontale. Et rappelle, chiffres à l’appui, le journaliste à ses devoirs de vérification. "Les prévisions de l’Union européenne table sur une croissance française de 0,2 % pour 2013 et 0,9 % pour 2014, et même de 1,7 % pour 2015. Même si certains jugent cela insuffisant, un petit travail de recherche aurait permis de constater que l’économie française n’est pas ‘en train de se contracter à un rythme effréné’", contre-attaque ainsi les services diplomatiques.

"Bel investissement au travail, en effet !"

Au sujet du prétendu désamour des Français envers la valeur travail, on peut également lire : "Un simple examen des données d’Eurostat aurait montré qu’en France la productivité s’élève à un confortable 45,4 euros par heure travaillée, ce qui la place au-dessus de la moyenne européenne établie à 32,1 euros. En outre, l’OCDE rapporte que le nombre d’heures travaillées par semaine en France atteignait les 38 heures en 2011, contre 36,4 au Royaume-Uni et 35,5 en Allemagne. Bel investissement au travail, en effet !"

Ce qui commence comme une mise au point tourne ensuite à la comparaison cocardière : "En France, les dépenses publiques se basent sur une tradition des services publiques. Prenons le secteur de la santé […] : l’État fournit deux fois plus de lits d’hôpitaux par habitant qu’au Royaume-Uni. Les trains à grande vitesse et le domaine de l’énergie connaissent le même succès."

Sur les impôts, la chancellerie en profite pour vanter les bienfaits de la philosophie bleu-blanc-rouge : "Les politiques fiscales françaises et britanniques répondent à des traditions différentes. En France, le système est fondamentalement plus redistributif."

Enfin, l’ambassade rappelle qu’en cette France si peu aimante avec ses entrepreneurs à succès existe un homme ayant fait fortune dans les télécoms et les médias. Son nom : Xavier Niel, emblématique patron de Free et co-propriétaire du "Monde". Ce même Xavier Niel qu’Anne Sinclair avait érigé en exemple du "golden boy" à la française. Comme si l'économie française n'avait qu'un seul champion à présenter. De quoi donner du grain à moudre aux "French basheurs"…

Première publication : 14/01/2014

  • UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

    "Newsweek" poursuit dans le "French bashing" avec "The Fall of France II"

    En savoir plus

  • UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

    Quand "The Fall of France" devient "The Fall of Newsweek"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)