Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

SPORT

Le roi saoudien s'offre une légende du tir à l'arc en vue des JO 2016

© AFP | Kim Soo-nyung lors des Jeux Olympiques de Sydney en 2000

Texte par Stéphanie TROUILLARD

Dernière modification : 14/01/2014

Considérée comme la plus grande archère de l'histoire, la sud-coréenne Kim Soo-nyung a été recrutée directement par le roi d'Arabie saoudite. Elle aura pour mission de mener deux petites-filles du souverain jusqu'aux JO de Rio en 2016.

Pour concrétiser ses ambitions, le roi Abdallah d'Arabie saoudite sait y mettre les moyens. Afin de permettre à deux de ses petites-filles de se qualifier pour les Jeux olympiques de Rio en 2016 dans l'épreuve de tir à l'arc, le souverain n'a pas hésité à s'offrir les services de la plus grande légende de ce sport, la sud-coréenne Kim Soo-nyung.

L'archère, sextuple médaillée olympique (quatre médailles d'or, une d'argent et une de bronze), a ainsi annoncé la semaine dernière aux médias de son pays qu'elle allait s'occuper personnellement de ces deux jeunes femmes pendant les deux prochaines années. "Mon objectif est d'envoyer les princesses au Jeux olympiques de Rio en tant que représentantes de l'équipe nationale d'Arabie saoudite. Cela ne sera pas facile, mais j'ai accepté cette offre en me disant qu'il s'agissait d'un défi", s'est-elle justifiée, comme le rapporte un blog du Wall Street Journal consacré à la Corée du Sud.

En échange de ses talents, Kim Soo-nyung, qui avait remporté son premier titre olympique en 1988 à Séoul à l'âge de 17 ans et qui a été sacrée meilleure archère du 20e siècle, va recevoir un salaire d'environ 200 000 dollars par an, ainsi qu'une résidence et une voiture à sa disposition.

L'essor du sport féminin en Arabie saoudite?

Le site sud-coréen Chosun Ilbo précise qu'il n'y a pas encore d'équipe féminine saoudienne de tir à l'arc, mais que celle des hommes occupe actuellement le 98e rang du classement de la Fédération internationale de tir à l'arc. Grâce à un système de qualification moins contraignant dont bénéficient "les petites nations de ce sport", l'Arabie saoudite pourrait obtenir une invitation privilégiée pour les prochains Jeux olympiques.

À Londres en 2012, le royaume avait montré un premier signe d'ouverture en intégrant deux femmes dans son équipe olympique. Dans l'épreuve du 800 mètres, Sarah Attar, dans une combinaison qui la couvrait des pieds à la tête, était devenue la toute première Saoudienne à participer aux JO. Sa compatriote Wojdan Ali Seraj Abdulrahim Shahrkhani, une judokate de 16 ans, avait, elle, créé la polémique en refusant de quitter son voile durant ses combats. Après s'être présentée sur le tatami la tête couverte d'une sorte de bonnet de bain, elle avait été éliminée dès le premier tour sur ippon par son adversaire portoricaine.

Première publication : 14/01/2014

  • JO – TIR À L'ARC

    L'Ivoirien René-Philippe Kouassi, le tir à l'arc pour planche de salut

    En savoir plus

  • ARABIE SAOUDITE

    Les Saoudiennes autorisées à faire du sport dans les écoles privées

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)