Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

Afrique

Les Algériens s’interrogent sur un retrait anticipé du président Bouteflika

© AFP'Abdelaziz Bouteflika lors de la visite de François Hollande à Alger en décembre 2012

Texte par Guillaume GUGUEN

Dernière modification : 15/01/2014

La seconde hospitalisation en huit mois du président algérien au Val-de-Grâce, à Paris, alimente toutes les spéculations. Bien que le pouvoir se montre rassurant, la presse s'interroge sur la capacité du chef de l’État à achever son mandat.

"Sauf cas de force majeure". À trois mois de la présidentielle, la formule alimente les spéculations en Algérie. Dans une dépêche publiée avant l’annonce de l’admission, lundi 13 janvier, d’Abdelaziz Bouteflika à l’hôpital parisien du Val-de-Grâce, l’agence de presse algérienne APS indiquait que ce dernier "procèdera, sauf cas de force majeure, à la convocation du corps électoral pour l’élection présidentielle de 2014 entre les 16 et 17 janvier en cours, conformément aux délais impartis par le code électoral". Entendez par-là : comme convenu, le chef de l’État fixera la date du prochain scrutin présidentiel excepté s’il ne survient un pépin.

Une précaution que d’aucuns, à Alger, voit comme un démenti involontaire du discours officiel assurant que l’hospitalisation du président algérien, âgé de 76 ans, n’est qu’un contrôle de routine prévu de longue date. "Puisque le déplacement n’est pas dicté par l’urgence, pourquoi alors l’entreprendre à la veille de la convocation du corps électoral ? La présidence ne peut-elle pas l’avancer ou le retarder ? Pourquoi ne l’a-t-elle pas annoncé depuis longtemps ou, du moins, le jour même du déplacement, soit lundi ?" s’interrogeait mardi le quotidien "El Watan".

"Les mêmes qui mettent en images et en mots la communication d’Abdelaziz Bouteflika auraient pu préparer l’opinion depuis quelques jours, en annonçant que cette ‘visite médicale routinière de contrôle’ allait avoir lieu. Mais non ! s’insurgeait de son côté le site d’information TSA. Une fois encore, on met les Algériens devant le fait accompli contribuant en cela à un émoi sur les réseaux sociaux qui, en attendant le communiqué de la présidence, bruissaient de rumeurs toutes plus alarmantes sur la santé du président, voire son décès."

"Cache-t-on la vérité ?"

"Cache-t-on la vérité ?" titre ce mercredi 15 janvier un autre article d’"El Watan" dont des sources affirment que le chef de l’État a été transféré à Paris "en urgence dimanche et non pas lundi et qu’il aurait quitté le pays dans un état de santé détérioré". L’hebdomadaire "Jeune Afrique", basé à Paris, indique pour sa part qu’"une partie de la famille proche du président séjourne également à Paris, depuis lundi, dans un grand hôtel.

"Si la seconde hospitalisation du chef de l’État confirme une réelle dégradation de son état de santé, la question de sa capacité à rester encore au pouvoir jusqu’au mois d’avril prochain - date de l’élection présidentielle - est sérieusement posée. Va-t-il abandonner ?", s’interroge ainsi "El Watan". À en croire le quotidien algérien, le Haut commandement de l’armée a convoqué, lundi, une réunion d’urgence pour "réfléchir à tous les scénarios de crise".

Aujourd’hui que la capacité d’Abdelaziz Bouteflika à achever son mandat est remise en question, la possibilité qu’il puisse officiellement briguer un quatrième mandat à la tête du pays, comme le lui demande le Front de libération nationale (FLN), le parti au pouvoir, semble s’éloigner encore un peu plus. Comment un chef d’État qui, depuis sa première hospitalisation à Paris en juin 2013 pour cause d’AVC, n’a assisté qu’à deux conseils de ministres et effectué aucune apparition publique peut-il prolonger son bail au palais présidentiel ?

"Alors que tout le monde sait que le président est malade, incapable de gérer le pays […] on se pose la question : pourquoi ne veut-il pas laisser l'alternance opérer tout à fait normalement ?" vitupérait, il y a un mois, Sofiane Djilali, président du parti Jil Jadid, lors d’une réunion des formations d’opposition à Alger.

Pour "El Watan", la candidature imminente à la présidentielle du populaire Ali Benflis, ancien Premier ministre d'Abdelaziz Bouteflika, ne serait pas étrangère à cette obstination. Le chef de l'État verrait d’un très mauvais œil l’arrivée au pouvoir de celui à qui il n’a jamais pardonné de l’avoir défié dans les urnes en 2004. "Passer les clés du palais d’El-Mouradia à son pire ennemi serait insupportable, voire inacceptable pour Bouteflika", a confié, sous couvert d’anonymat, un ancien ministre au quotidien algérien.

Reste qu’Abdelaziz Bouteflika n’a toujours pas fait officiellement acte de candidature. L'annonce de la convocation du corps électoral doit se faire 90 jours avant l’élection présidentielle et les postulants à la magistrature suprême doivent se faire connaître au plus tard 45 jours avant le scrutin. Le président algérien dispose donc d’un mois et demi pour faire part de ses intentions.

Première publication : 15/01/2014

  • ALGÉRIE

    Le président Bouteflika de nouveau hospitalisé à Paris

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    En Algérie, le FLN choisit le président Bouteflika pour la présidentielle 2014

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    "Le retour de Bouteflika est un non évènement pour le pays"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)