Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

SPORT

L’arbitrage français hors-jeu

© AFP | L'arbitre français Stéphane Lannoy lors de l'Euro-2012

Texte par Sylvain MORNET

Dernière modification : 15/01/2014

Pour la première fois depuis la Coupe du monde 1974, aucun arbitre français ne sera présent au Mondial au Brésil. Un véritable camouflet pour l’arbitrage français et la FFF, qui payent le prix fort de dix années de luttes intestines.

"C’est une grosse déception ! Les 25 000 arbitres français de football sont tristes aujourd’hui car ils ont besoin de s’identifier à quelqu’un, d’une locomotive", confie à FRANCE 24 l’ancien arbitre international Bruno Derrien.

Il faut dire que le coup est rude. Aucun arbitre français n'a été retenu pour la coupe du Monde au Brésil, selon la liste dévoilée mercredi par la Fifa. Cela fait quarante ans que l'arbitrage français n'avait pas connu pareille désillusion.

Présélectionné dans une liste de 52 arbitres en septembre 2012, Stéphane Lannoy (44 ans), le numéro un français, n'a finalement pas été retenu. "On n’a pas su assurer la relève", explique Bruno Derrien. "Stéphane Lannoy avait réussi un bon Euro-2012, où il avait dirigé une demi-finale, mais c’est notre seul arbitre en Ligue des champions alors que l’Italie en a trois, tout comme l’Espagne et l’Italie. Il y avait donc des signes avant-coureurs." Notamment l’absence de Stéphane Lannoy lors des huit rencontres des barrages européens pour le Mondial-2014. Autant de matches confiés à des arbitres choisis parmi les 19 Européens présélectionnés pour la coupe du Monde.

La Fifa a retenu 25 trios d'arbitres et 8 duos de soutien. Pour la zone Europe, il y a 9 trios (Allemagne, Turquie, Suède, Pays-Bas, Serbie, Portugal, Italie, Espagne, Angleterre) et un duo de soutien (Norvège). "La sélection des officiels pour le Brésil s'est faite essentiellement sur la base de leur personnalité et de la qualité de leur compréhension du football en termes de lecture du jeu et de reconnaissance des approches tactiques des équipes dans chaque match", précise l’instance du football mondial.

"Cela vient solder une période noire de l’arbitrage français"

"Les grands pays de football sont tous représentés", remarque Bruno Derrien. "L’Italie a un arbitre, l’Angleterre a un arbitre, l’Allemagne a un arbitre, l’Espagne également et nous non ! Cela vient j’espère, solder une période noire de l’arbitrage français." L’absence de Français au Brésil est la conséquence de la politique arbitrale hexagonale, décriée pour ses errements passés. "Il y avait des problèmes de clans, de désignation et également de coaching des arbitres. On ne faisait pas travailler les arbitres sur la personnalité des joueurs, sur l'humain mais le travail était axé sur le physique. On faisait courir les arbitres, mais il n’y a pas que ça", explique à FRANCE 24 Bruno Derrien.

Cette situation a d'ailleurs conduit la Fédération française de football (FFF) à se séparer en juillet dernier du responsable de la direction technique de l'arbitrage, Marc Batta, en poste depuis 2004, qui cristallisait depuis plusieurs années l'essentiel des critiques et des rancœurs contre l'arbitrage tricolore. Pascal Garibian, alors président de la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP), a été nommé pour lui succéder.

"Il faut maintenant tourner la page de ces années difficiles de l’arbitrage. Une nouvelle équipe a pris les commandes et il faut la laisser travailler", souhaite Bruno Derrien. "L’objectif maintenant, c’est de préparer l’avenir et former l’arbitre susceptible d’être présent à la Coupe du monde 2018 en Russie."

Première publication : 15/01/2014

  • FOOTBALL

    Cristiano Ronaldo sacré Ballon d’Or 2013

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    L'Allemande Nadine Angerer remporte le Ballon d'or féminin

    En savoir plus

  • FOOTBALL

    Yaya Touré "très fier" d'être le meilleur footballeur africain 2013

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)