Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

EUROPE

Les Britanniques se demandent si les journalistes français ne sont pas "fous"

© heraldscotland.com | Un dessin de Steven Camley paru dans le Herald Scotland

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/01/2014

Après la conférence de presse de François Hollande, les journaux britanniques se montrent perplexes envers leurs collègues français, qui, à leur grand étonnement, ont eu du mal à interroger le président sur sa prétendue liaison avec une actrice.

Depuis plusieurs jours, les médias britanniques n'en finissent plus de se délecter des informations faisant état d'une liaison de François Hollande avec une comédienne française. Après avoir écrit de nombreux articles et publié de nombreuses caricatures, la presse d'outre-Manche s'interroge aujourd'hui sur la différence de traitement par rapport à la presse française.

Au lendemain de la conférence de presse du président Hollande, de nombreux journaux britanniques s'étonnent mercredi 15 janvier de voir que ce dernier n'a pas fait face à une rafale de questions à ce sujet. "Comme tout cela est étrange", estime ainsi le "Daily Telegraph", qui constate que les journalistes français ont laissé François Hollande parler d'une série de réformes économiques plutôt que de s'expliquer sur sa vie privée.

"Depuis des siècles nous avons raillé le stéréotype du Français obsédé sexuel. Alors qu'en réalité, ces âmes parfaitement abstinentes sont si peu portées sur le sexe que lorsque le sommet de l'État se trouve mêlé à un scandale comparable à l'affaire Clinton-Lewinsky, elles n'ont envie de parler que de sécurité sociale", poursuit le journal qui se demande également si ce sont les Français qui "sont fous, ou nous?".

"Une affaire bien française"

Même le très sérieux "Guardian" s'interroge, publiant en première page une photo du président Hollande au titre évocateur "Une affaire bien française". "Est-ce qu'il s'en serait sorti en Grande-Bretagne ou aux États-Unis? Peut-être pas", peut-on lire dans les colonnes du quotidien de gauche. "Mais n'en déplaise aux journaleux anglo-saxons, avec leurs tweets outragés, c'est ça la France".

De son côté le "Daily Mail" n'hésite pas à se moquer ouvertement des journalistes qui ont interrogé mardi le chef de l'État en les désignant comme "les plus invraisemblables bretteurs depuis l'inspecteur Clouseau", référence au héros gaffeur de "La Panthère Rose".

Pour le "Sun", la conférence de François Hollande a été également très décevante. Le tabloïd la qualifie d'ailleurs de "plus ennuyeux moment de la vie de n'importe qui". Selon lui, l'insistance du président sur le respect de sa vie privée est simplement une technique en usage parmi "les élites du monde entier depuis l'aube de la démocratie" pour "se laisser voir comme elles veulent être vues, pas comme elles le sont".

Avec dépêche AFP

Première publication : 15/01/2014

  • FRANCE

    Valérie Trierweiler hospitalisée pour une durée indéterminée

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Les affaires privées se traitent en privé", affirme Hollande à la presse

    En savoir plus

  • FRANCE

    Hollande doit s'expliquer sur son projet économique... et sa vie privée

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)