Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme a 6 jours du scrutin

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel, la parole se libère sur la toile.

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

TECH 24

Holo-Math : ils vont vous faire aimer les mathématiques

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

"Flat tax" : révolution fiscale ou cadeau au riches ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macronisme : la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

FOCUS

Au Japon, l'impact social mitigé des "Abenomics"

En savoir plus

Amériques

Obama limite le recours à l’espionnage des dirigeants étrangers alliés

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2014

Le président américain Barack Obama souhaite restreindre le recours à l'espionnage des chefs d'État et de gouvernements alliés aux États-Unis, sauf en cas de "force majeure pour la sécurité nationale".

"Sauf en cas de force majeure". Le président américain Barack Obama a déclaré, vendredi 17 janvier, que les services de renseignement américains, comme la NSA, n’espionneraient plus les pays amis des États-Unis "sauf en cas de force majeure pour la sécurité nationale".

"J'ai été très clair vis à vis de la communauté du renseignement : à moins que notre sécurité nationale soit en jeu, nous n'espionnerons pas les communications des dirigeants de nos alliés proches et de nos amis", a-t-il annoncé lors d'un discours consacré à une réforme des opérations de surveillance gouvernementales.

Le président Obama est également revenu sur "l'affaire Edward Snowden", du nom de cet ancien consultant de la NSA, désormais réfugié en Russie, qui a dévoilé au monde des documents ultra-secrets de l'État américain. "La façon sensationnelle dont ces révélations ont été mises sur la place publique a souvent été plus spectaculaire que significative sur le fond, tout en révélant à nos adversaires des méthodes qui pourraient avoir des conséquences sur nos opérations", a affirmé le président américain.

"Si un individu opposé à la politique du gouvernement peut prendre [ces secrets] dans ses mains pour rendre publiques des informations classifiées, alors nous ne serons jamais capables d'assurer la sécurité de notre population ou de conduire une politique étrangère", a insisté le président américain.

Avec AFP

Première publication : 17/01/2014

  • ÉTATS-UNIS

    NSA : Obama va dévoiler sa réforme des programmes de surveillance

    En savoir plus

  • INTERNET

    Faut-il avoir peur de l’ordinateur quantique construit par la NSA ?

    En savoir plus

  • ESPIONNAGE

    États-Unis : les écoutes de la NSA légales ? La justice américaine se contredit

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)