Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

FRANCE

La fusion des régions : "C’est loin d’être gagné"

© AFP | Le conseil régional de Picardie à Amiens

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 17/01/2014

La proposition de François Hollande de fusionner certains départements avec les régions n’est pas nouvelle. Évoqué depuis les années 1980, ce projet de réformes n’a jamais abouti, se heurtant à de nombreux obstacles. Éclairage.

L’idée d’alléger "le mille-feuille territorial" n’est pas nouvelle. En annonçant vouloir faire "évoluer le nombre des régions", le président de la République François Hollande a remis sur la table un dossier défendu à droite depuis plusieurs années. En 2009 déjà, le Comité Balladur pour la réforme des collectivités territoriales avait proposé de réduire le nombre régions métropolitaines de 22 à 15. Aujourd’hui, le député socialiste Thierry Mandon, en charge de la mission sur la simplification, reste sur ce même objectif et en évoque "une quinzaine".

Cette démarche s’inscrit dans le cadre de la réforme des collectivités territoriales engagée par François Hollande, qui concernera les 27 régions, les 101 départements, les 36 600 communes et les 18 000 groupements intercommunaux de France. Tous seront incités à se rapprocher, se regrouper ou fusionner sur une base volontaire. Objectif : réduire les dépenses publiques. En 2002, les collectivités locales coûtaient 104 milliards d'euros avant d'atteindre 173,7 milliards en 2012, soit une hausse de 67 % en dix ans.

Concernant les régions, il serait question de fusionner les deux Normandie, d’éclater la Picardie entre l’Île-de-France et le Nord Pas-de-Calais, de rapprocher l’Alsace de la Lorraine, de réunir la Bourgogne et la Franche-Comté ainsi que l’Auvergne et la région Rhône-Alpes, et enfin de rattacher la Loire-Atlantique à la Bretagne. Mais ni le chef de l’État ni le gouvernement n’ont pris le risque de confirmer ce redécoupage géographique, afin de ne pas heurter les élus.

Premier à être monté au créneau, Jean-Marc Ayrault en personne : le maire de Nantes de 1989 à 2013 s'est déclaré, jeudi 16 janvier, opposé au rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne, estimant que ce n'était "pas la bonne méthode. [...] On ne va pas prendre des bouts de région pour les mettre avec une autre", a-t-il indiqué.

Transfert des compétences

Cette fusion des régions réveille en effet les susceptibilités. "On s'est battu pour que la Picardie existe en tant que telle, quel que soit le gouvernement, de droite ou de gauche. Je poursuivrai cette bataille", a réagi Claude Gewerc, président (PS) de cette région. En 2009, des dizaines de milliers de personnes avaient déjà signé la pétition "Touche pas à ma Picardie" pour éviter le démantèlement de la région.

Au-delà de l’attachement à l’identité régionale, les présidents de régions, du même bord politique que François Hollande, ne semblent guère convaincus par ce projet. La plupart d’entre eux estiment que pour dépenser moins, il faut d'abord redéfinir les rôles de chacun. À la tête du conseil régional de Midi-Pyrénées, Martin Malvy (PS) préfère privilégier le transfert des compétences au redécoupage, notamment dans les domaines économique ou environnemental. "Les régions françaises n'ont que deux compétences exclusives : lycées et trains régionaux", a-t-il précisé. Toutes les autres compétences, telles que l'eau, la sécurité ou encore la voirie, sont gérées à la fois par les régions, les départements, l'intercommunalité et les communes.

Certains poussent même l’argument un peu plus loin en citant en exemple les pays en bonne santé économique, et dont les régions, souvent nombreuses, disposent de compétences élargies. "Regardez les pays qui réussissent le plus : ce sont les pays d’Europe du Nord", a déclaré, jeudi 16 janvier sur Europe 1, le président de l'Association des régions de France, Alain Rousset. Avant d’évoquer le cas de la Suède et de ses 21 comtés. Son voisin de Midi-Pyrénées Martin Malvy (PS) enfonce le clou. En Allemagne, "Neuf Länders sur 16 sont moins peuplés que Midi-Pyrénées, pourtant ils sont beaucoup plus forts".

"Bonus"

Patrick Le Lidec, chargé de recherche au CNRS et spécialiste de la décentralisation, est sceptique sur la faisabilité de ce redécoupage. Ce n’est pas "un hasard si depuis le temps qu’on en parle, aucune région n’a fusionné et c'est loin d'être gagné", estime-t-il avant d’ajouter : "Les obstacles politiques et économiques sont trop nombreux pour atteindre cet objectif". En premier lieu, les présidents de région ne vont pas soutenir un processus qui pourrait conduire à leur perte. "Si les deux Normandie se rapprochent, qui resterait président de région ?" interroge le chercheur. D'autre part, si Caen ou Rouen perd son statut de chef-lieu, "l’impact ne sera pas sans conséquence sur l’emploi, les prix de l’immobilier, l’attractivité du chef-lieu", poursuit-il.

Seule une très forte incitation financière pourrait permettre d’y consentir, avance Patrick Le Lidec. Cet aspect a d’ailleurs été évoqué par le ministre du Budget Bernard Cazeneuve, qui a proposé d'accorder "un bonus" aux collectivités qui fusionnent ou se rapprochent. Mais aucun chiffre n’a été évoqué.



 

Première publication : 17/01/2014

  • FRANCE

    Hollande défend le pacte de responsabilité devant la presse

    En savoir plus

  • FRANCE

    "Le virage social-démocrate de François Hollande est solide"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)