Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le gouvernement met-il la pression sur les médias français ?

En savoir plus

FOCUS

Espagne : le difficile combat contre les violences faites aux femmes

En savoir plus

FACE À FACE

Présidence Macron : le début des ennuis ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Wallay", un voyage initiatique au Burkina Faso

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La France, le Rwanda et les secrets des archives"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Code du travail : menu minceur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

De Rugy élu président de l'Assemblée : une occasion manquée pour la parité

En savoir plus

LE DÉBAT

PMA "pour toutes les femmes" : qu'implique l'avis du Comité d'éthique ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Franck Riester : "Tant pis si la droite n'est pas une alternative incontournable au macronisme"

En savoir plus

Afrique

Ouganda : jugés "malades", les homosexuels n'iront pas en prison

© AFP | Le président ougandais

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/01/2014

Le président ougandais Yoweri Museveni n'a finalement pas ratifié le texte de loi prévoyant de criminaliser l'homosexualité dans la pays. Le chef de l'État estime que les gays sont des "malades", qui ont le "droit d'exister".

Le président ougandais Yoweri Museveni n’a donc pas ratifié le texte de loi criminalisant l’homosexualité dans le pays. Le chef de l’État a estimé, vendredi 17 janvier, que les homosexuels étaient des "malades", et qu’en vertu de cette "déficience mentale", ils ne pouvaient être emprisonnés ou tués.

Yoweri Museveni a déclaré que ces personnes avaient "le droit d'exister", a fait savoir Tamale Mirudi, son porte-parole. "Vous ne pouvez tuer une personne malade. Les personnes reconnues coupables de pratiques homosexuelles ne peuvent être emprisonnées à vie", selon les propos du président, rapportés par son porte-parole.

Le gouvernement ougandais nie avoir reculé face à la pression internationale. "Ce n'est pas à cause d'un lobby. Personne n'a influencé le président", a insisté Tamale Mirudi. "Le président a déclaré de façon constante que nous avons toujours eu des homosexuels en Afrique et qu'ils n'ont jamais été persécutés. Mais nous ne les autoriserons pas à se marier en public, à organiser une manifestation à Kampala", a-t-il poursuivi.

En Ouganda, où l'homophobie est très répandue et où la législation réprimait déjà fortement l'homosexualité, le parlement avait adopté en décembre 2013 un texte qui criminalisait la promotion publique de relations avec des personnes de même sexe, y compris les discussions de groupes militants. Les récidivistes étaient passibles de la prison à vie. Dans sa première version, ce texte prévoyait la peine de mort.

Avec AFP

Première publication : 17/01/2014

  • OUGANDA

    Les homosexuels ougandais passibles de la prison à vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)