Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Organisation de l’État islamique : la guerre des mots

En savoir plus

SUR LE NET

Wikileaks dénonce les États utilisant des logiciels espions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La confiance en peau de chagrin"

En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG se frotte au mythique Ajax

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Une saison en exil pour les footballeurs ukrainiens de Donetsk

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Vidéo : dernier jour pour mobiliser les indécis sur le référendum en Écosse

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

Afrique

Ouganda : jugés "malades", les homosexuels n'iront pas en prison

© AFP | Le président ougandais

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 17/01/2014

Le président ougandais Yoweri Museveni n'a finalement pas ratifié le texte de loi prévoyant de criminaliser l'homosexualité dans la pays. Le chef de l'État estime que les gays sont des "malades", qui ont le "droit d'exister".

Le président ougandais Yoweri Museveni n’a donc pas ratifié le texte de loi criminalisant l’homosexualité dans le pays. Le chef de l’État a estimé, vendredi 17 janvier, que les homosexuels étaient des "malades", et qu’en vertu de cette "déficience mentale", ils ne pouvaient être emprisonnés ou tués.

Yoweri Museveni a déclaré que ces personnes avaient "le droit d'exister", a fait savoir Tamale Mirudi, son porte-parole. "Vous ne pouvez tuer une personne malade. Les personnes reconnues coupables de pratiques homosexuelles ne peuvent être emprisonnées à vie", selon les propos du président, rapportés par son porte-parole.

Le gouvernement ougandais nie avoir reculé face à la pression internationale. "Ce n'est pas à cause d'un lobby. Personne n'a influencé le président", a insisté Tamale Mirudi. "Le président a déclaré de façon constante que nous avons toujours eu des homosexuels en Afrique et qu'ils n'ont jamais été persécutés. Mais nous ne les autoriserons pas à se marier en public, à organiser une manifestation à Kampala", a-t-il poursuivi.

En Ouganda, où l'homophobie est très répandue et où la législation réprimait déjà fortement l'homosexualité, le parlement avait adopté en décembre 2013 un texte qui criminalisait la promotion publique de relations avec des personnes de même sexe, y compris les discussions de groupes militants. Les récidivistes étaient passibles de la prison à vie. Dans sa première version, ce texte prévoyait la peine de mort.

Avec AFP

Première publication : 17/01/2014

  • OUGANDA

    Les homosexuels ougandais passibles de la prison à vie

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)