Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-Orient

La Coalition nationale syrienne participera à Genève-2

© AFP | Le secrétaire général de la CNS Badr Jamus et Mohamed Farouk Tayfur

Vidéo par Marine OLIVESI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2014

La Coalition nationale syrienne, principale organisation des opposants à Bachar al-Assad, a annoncé, samedi, qu'elle participerait à la conférence de paix Genève-2, prévue le 22 janvier en Suisse.

Après plusieurs semaines de tergiversations, la Coalition nationale syrienne (CNS), principale organisation des opposants à Bachar al-Assad, a annoncé, samedi 18 janvier, qu’elle acceptait de participer à la conférence de paix de Genève-2, qui doit débuter le 22 janvier en Suisse.

Lors de ce vote à bulletins secrets, 58 membres de la Coalition ont voté en faveur de cette participation, 14 ont voté "non", deux se sont abstenus et un a voté blanc, selon les résultats officiels. La décision d’envoyer des représentants à Genève a été prise après deux semaines de report et une séance de discussions marathon en Turquie.

La Coalition était très divisée sur l'opportunité de s'asseoir à la table des négociations avec les représentants du régime de Damas, ainsi que l'y poussent depuis plusieurs semaines ses parrains occidentaux et arabes.

Une victoire pour les Amis de la Syrie
 
Cette participation représente une victoire considérable pour les Amis de la Syrie et la communauté internationale qui ont mis une pression considérable, ces dernières semaines, sur les membres réfractaires pour les convaincre de participer à cette conférence. Vendredi, le secrétaire d’État américain John Kerry exhortait depuis Washington la CNS à participer à Genève-2.
 
"Il y avait un vrai risque d’implosion de la Coalition si elle n’avait pas réussi à se rendre à Genève, analyse Marine Olivesi, correspondante de FRANCE 24 en Turquie, car l’existence même de la CNS, sa légitimité lui a été donnée par la communauté internationale et un grand nombre de pays, dont la France et les États-Unis, en ont fait le seul représentant légitime de la Syrie". 
 
Le 12 janvier, les Amis de la Syrie, un groupe composé de onze pays dont la France, les États-Unis, mais aussi le Qatar et l’Arabie saoudite, avaient aussi, une nouvelle fois, appelé la Coalition nationale syrienne à prendre part à la conférence.
 
Risque d’érosion de la légitimité de la CNS ?
 
Pour autant, ce vote ne marque pas "la fin de la zone de turbulence que traverse la Coalition en exil", avertit Marine Olivesi. En effet, Genève-2 doit rassembler à une même table régime et opposition syriens pour discuter d'une hypothétique transition politique, selon les contours d'un règlement signé le 30 juin 2012 à Genève, mais jamais appliqué.
 
"Depuis la frontière turque, réfugiés et combattants sont très critiques quant à la légitimité de la CNS à les représenter. Les images de la CNS assis en face des représentants du régime pourraient contribuer à éroder un peu plus la légitimité de la Coalition", estime la correspondante de FRANCE 24.
 
Organisée par les États-Unis et la Russie sous la supervision de l'ONU, la conférence de paix, qui doit débuter mercredi à Montreux en Suisse, doit permettre de mettre fin à la guerre civile en Syrie, qui a fait plus de 130 000 morts et des millions de réfugiés et déplacés depuis le début du conflit en mars 2011.
 
Avec AFP

Première publication : 18/01/2014

  • DIPLOMATIE

    Syrie : la communauté internationale redouble d'efforts à l'approche de Genève-2

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Laurent Fabius sur la Syrie : "Genève-2 doit se tenir et réussir"

    En savoir plus

  • SYRIE

    Genève-2 : "Les négociations vont porter sur une diminution des combats"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)