Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Asie - pacifique

Mort de l'épouse d'un ministre indien sur fond de scandale d'adultère

© AFP | Le couple en mars 2012

Vidéo par Constantin SIMON

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 18/01/2014

L'épouse du ministre indien Shashi Tharoor a été retrouvée morte dans un hôtel de New Delhi, vendredi, deux jours après une polémique sur Twitter où la défunte, Sunanda Pushkar, accusait son mari de l'avoir trompée avec une journaliste pakistanaise.

L'épouse d'un ministre indien a été retrouvée morte, vendredi 17 janvier, dans un hôtel de luxe de New Delhi, deux jours après que cette dernière a dénoncé sur Twitter la liaison qu'entretenait son mari avec une journaliste pakistanaise, déclenchant une vive polémique en Inde.

Sunanda Pushkar, épouse de Shashi Tharoor, secrétaire d'État en charge des Ressources humaines et ancien sous-secrétaire général de l'ONU, est décédée à 52 ans dans la chambre d’un hôtel 5 étoiles de la capitale indienne. Son corps a ensuite été transporté à l’Institut des sciences médicales afin d'être examiné
 
Conformément au rituel hindou, Shashi Tharoor a procédé, samedi 18 janvier, à la crémation du corps de son épouse, dont le décès a été qualifié de première "mort par Twitter" par les réseaux sociaux indiens.
 
Les pistes du suicide ou du meurtre étudiées
 
Selon le secrétaire personnel du ministre, Abhinav Kumar, le couple était arrivé au Leela Palace jeudi en raison de travaux de peinture en cours dans leur résidence. Le ministre a passé toute la journée de jeudi à une conférence et, en revenant le soir, a trouvé la porte de la suite de sa femme fermée de l'intérieur. "Il a cru qu'elle dormait, mais par la suite, on a découvert qu'elle était morte", sans que soient trouvés des indices rendant sa mort suspecte, a déclaré Abhinav Kumar.
 
La cause du décès reste inconnue mais d’après les premières informations, elle ne serait pas naturelle. "On sait que Sunanda Pushkar est morte d’une mort soudaine et non naturelle, selon l’un des médecins qui a conduit l’autopsie. On a appris aussi qu’il y avait des blessures sur son corps mais dont on ne connaît pas la nature", a affirmé Constantin Simon, correspondant de FRANCE 24 en Inde. 
 
"Est-ce un suicide comme beaucoup de médias le supposent ? Ou un meurtre. Cette affaire est un mélange de mystère et de surmédiatisation", poursuit-il. Les résultats de l'analyse toxicologique devraient être révélés dans les prochaines 48 heures.
 
Une présentatrice vedette de la chaîne de télévision CNN-IBN, Sagarika Ghose, a déclaré avoir parlé à Sunanda Pushkar le jour de sa mort. Celle-ci lui était apparue déprimée et en pleurs, et lui avait confié avoir vu un message dans lequel son mari déclarait qu'il la quitterait après les élections prévues en mai prochain.  
 
Une bataille par tweets interposés
 
Jusqu’à cette semaine, le couple en vogue était sans histoire. "Une famille heureuse et amoureuse", selon leurs proches. Ancienne femme d’affaires exerçant à Dubaï, Sunanda Pushkar a d’abord fréquenté le ministre avant de devenir sa troisième épouse en 2010. Riches et aux allures de couple bollywoodien, Sunanda et Shashi appartenaient à la haute société branchée et glamour de New Delhi. Mais mercredi, une bataille de tweets a déchaîné les passions. Après avoir piraté le compte de son mari, Sunanda y accusait une journaliste pakistanaise, Mehr Tarar, d’avoir une liaison avec Sashi. Ses allégations, aussitôt niées par la journaliste, ont immédiatement déclenché une polémique.
 
"La liaison supposée du ministre indien avec une journaliste pakistanaise a de quoi alimenter la polémique, étant donné les relations très tendues entre l’Inde et le Pakistan. Dans ses tweets, la défunte avait même accusé la journaliste d’être un agent secret du Pakistan. Mehr Tarar a nié mais, dans ce contexte géopolitique, ces accusations peuvent mettre de l’huile sur le feu", explique Constantin Simon.
 
Toujours sur le site de microblogging, Mehr Tarar a fait part de son choc après l’annonce de la mort de Sunanda Pushkar : "Je viens de me lever et de lire la nouvelle. Je suis complètement choquée. C’est trop horrible pour trouver les mots. Si tragique que je ne sais que dire. Repose en paix, Sunanda."

Avec AFP 

Première publication : 18/01/2014

  • INDE

    Au moins 18 morts dans un mouvement de foule à Bombay

    En savoir plus

  • JEUX OLYMPIQUES

    L’Inde privée de drapeau aux JO de Sotchi

    En savoir plus

  • INDE

    Le gouvernement indien conteste la pénalisation de l'homosexualité

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)