Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

MOOC, selfie ou enverdeur : le vocabulaire nouveau est arrivé

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Start-up, la tentation de l'étranger

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Un tournant dans la crise ukrainienne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Virus Ebola et budget français : psychose et combat diplomatique

En savoir plus

SUR LE NET

Ebola : une campagne contre la stigmatisation des Africains

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

TECH 24

Evgeny Morozov, l'anti-conformiste du Web

En savoir plus

SUR LE NET

USA : la Toile au chevet d'une infirmière infectée par Ebola

En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : l'aide-soignante espagnole n'a plus le virus

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

  • L'Église ne parvient pas à un consensus sur les homosexuels et les divorcés

    En savoir plus

  • Tempête dans l'Himalaya : le bilan humain s'alourdit

    En savoir plus

  • Paul McCarthy renonce à regonfler sa sculpture plastique vandalisée à Paris

    En savoir plus

Afrique

L'état d'urgence décrété après des violences dans le sud libyen

© AFP

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 19/01/2014

Le Congrès général national libyen a décrété, samedi, l'état d'urgence, après des heurts dans le sud du pays et des rumeurs sur l'implication de partisans de l'ancien régime de Mouammar Kadhafi dans ces violences.

Alors que le sud de la Libye connaît depuis plusieurs jours des affrontements entre groupes armés rivaux, le Congrès général national, la plus haute autorité du pays, a décrété, samedi 18 janvier, l'état d'urgence.

Le Congrès a pris cette décision au cours d'une séance extraordinaire consacrée à la situation à Sebha, dans le sud du pays, après qu’un groupe armé a pris le contrôle d'une base militaire.

"Nous allons les traquer où qu'ils aillent"

La semaine dernière, des combats entre des tribus locales y avaient fait une trentaine de morts. Des sources locales affirment que le groupe armé est composé de partisans de l'ancien régime, qui tentent de profiter de la sécurité précaire dans la ville.

Dans la soirée, le porte-parole du ministère de la Défense, Abderrazak al-Chebahi, a annoncé que l'armée avait repris le contrôle de la base militaire de Tamenhant. Il a ajouté que l'armée traquait les assaillants ayant pris la fuite dans le désert, faisant état de raids aériens de l'armée de l'air visant "certaines cibles", sans autre détail.

Le porte-parole a confirmé que ce groupe était composé de partisans de Mouammar Kadhafi tué en octobre 2011. "Nous les connaissons et nous allons les traquer où qu'ils aillent", a-t-il ajouté.

Propagation de rumeurs

Un flot de rumeurs circule par ailleurs sur les réseaux sociaux, faisant état de défilés de pro-Kadhafi dans certaines villes à l'ouest de Tripoli, en particulier à Ouercheffana et Al-Ajilet. Quelques photos ont été postées sur Facebook, sans qu'il soit possible de les authentifier. Ces mêmes rumeurs sont également alimentées par des chaînes de télévision pro-Kadhafi, qui diffusent depuis l'étranger.

Ali Zeidan, le chef du gouvernement, a mis en garde la population contre la propagation de ces rumeurs qui visent, selon lui, "à provoquer une crise dans le pays". Il a également assuré que la situation était "sous contrôle" à Sebha, tout en annonçant l'envoi d'ex-rebelles en renfort dans cette ville.

En l'absence d'une armée professionnelle, les autorités ont régulièrement recours à ces anciens rebelles, qui avaient combattu le régime kadhafiste pour rétablir l'ordre dans le pays.

"Invasion étrangère"

Le sud libyen est régulièrement le théâtre d'affrontements meurtriers entre les tribus arabes et celle des Toubous. Les combats les plus meurtriers y ont eu lieu en 2012, faisant près de 150 morts, avant qu'un cessez-le-feu ne soit conclu.

Les Toubous, d'origine subsaharienne, vivent à cheval entre la Libye, le Tchad et le Niger, et dénoncent leur marginalisation au sein de la société libyenne.

Ils sont régulièrement accusés par les autres tribus de compter dans leurs rangs des combattants étrangers, venus notamment du Tchad. Les tribus arabes dénoncent l'"inaction" du gouvernement face à une "invasion étrangère".

Avec AFP

Première publication : 19/01/2014

  • LIBYE

    Un vice-ministre libyen assassiné à Syrte

    En savoir plus

  • LIBYE

    Violents affrontements entre armée libyenne et islamistes à Benghazi

    En savoir plus

  • DIPLOMATIE

    Libye : quatre militaires américains libérés après une courte détention

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)