Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Economie

Amazon veut se lancer dans la "livraison anticipée"

© AFP

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 20/01/2014

Le géant américain Amazon a déposé un brevet sur la "livraison anticipée" de produits que ses clients désireraient plus ou moins en secret. Une manière d’être toujours plus rapide à combler les souhaits des consommateurs. Un peu trop même ?

Le futur du e-commerce pour Amazon pourrait ressembler à ça : un drone qui viendrait livrer aux clients des produits dont il rêve mais qu’il n’a pas encore achetés. Si l’idée du “drone livreur” vanté par Jeff Bezos, le PDG d’Amazon, ressemble davantage à un coup marketing, le concept de livraison par anticipation semble être une innovation sur laquelle le géant américain du Net planche activement.

Il a fait, en effet, l’objet d’un brevet déposé par Amazon en décembre, que le quotidien américain “Wall Street Journal” a repéré vendredi 17 janvier. Le site de vente en ligne de biens culturels y décrit le procédé qui lui permettrait de deviner les désirs d’achat des utilisateurs de son site et d’envoyer, par anticipation, aux dépôts les plus proches de leur domicile des colis contenant les produits convoités plus ou moins consciemment.

Ce n’est donc pas tout à fait le “Minority Report” du e-commerce. Amazon ne clame pas avoir découvert la formule magique lui permettant d'identifier à coup sûr le prochain livre qu’un internaute achetera. Il pense, en revanche, détenir suffisamment de données sur ses clients pour avoir une idée précise de ce qu’ils sont susceptibles de vouloir acquérir.

Car c’est bien de cela dont il s’agit pour Amazon : savoir comment utiliser au mieux son immense base de données pour avoir un avantage commercial déterminant sur la concurrence. Le brevet indique ainsi que le site compte utiliser aussi bien l’historique des achats et les produits similaires à ceux déjà commandés que le contenu des listes de souhaits ou même le temps qu’un internaute a passé sur la page de description d’un ouvrage ou d’un DVD.

Livraisons “prédictives”

Ce brevet n’est, en outre, pas seulement un défi pour les autres sites d’e-commerce. Pour Amazon, c’est aussi une nouvelle arme pour dissuader les consommateurs de se rendre dans des magasins. “Le principal désavantage que les sites de vente en ligne ont sur les magasins en dur est le délai de livraison, qui peut être de plusieurs semaines, et peut ainsi décourager les éventuels acheteurs à passer commande sur l’Internet”, regrettent les auteurs brevet. D’où l’idée de mettre en place une livraison par anticipation. Le site n’indique pas, en revanche, à quelle échéance il compte appliquer ce nouveau procédé, ni même si Amazon passera réellement aux travaux pratiques.

En un sens, ce nouveau procédé “prédictif” ne serait qu’une nouvelle étape dans la politique d’Amazon pour réduire au maximum le délai de livraison. Le site a été l’un des premiers à proposer la livraison en un jour, et le géant américain multiplie les ouvertures de dépôts un peu partout dans le monde pour mailler au mieux le territoire.

Mais ce nouveau brevet pousse le bouchon très loin. Il comprend notamment plusieurs scénarios de livraisons “spéculatives”. Ainsi, Amazon n’exclut pas de garder des produits dont l’algorithme du site a déterminé qu’ils seraient particulièrement “désirés” par tel ou tel internaute dans des camions pour un certains temps, juste au cas où le client succomberait à la tentation. Et si, au final, il n’achète rien, Amazon se réserve, toujours d’après le brevet, la possibilité de l’”offrir” malgré tout lorsque le coût pour le rapatrier dans les entrepôts dépasse celui de la livraison. À l’avenir, souligne ainsi le site TechCrunch, il faudra peut-être faire très attention aux produits à inscrire dans sa liste de souhaits.

Première publication : 20/01/2014

COMMENTAIRE(S)