Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L’EUROPE DANS TOUS SES ÉTATS

La Suède : un modèle pour tous ? (partie 2)

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes françaises

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Disparition du vol AirAsia : un coup dur pour la compagnie low-cost

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Afghanistan : treize ans d'échecs"

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

Economie

Une prothèse low-cost imprimée en 3D pour les mutilés sud-soudanais

© Not Impossible Labs | Deux bénéficiaire des prothèses low-cost.

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 20/01/2014

Un Américain a inventé un bras artificiel à bas coût, fabriqué grâce à des imprimantes 3D, permettant à des personnes mutilées de recouvrer un minimum d’autonomie. Retour sur le succès du "Project Daniel".

 

Daniel Omar a perdu ses deux bras lors d’un bombardement du gouvernement soudanais sur son village du Soudan du Sud, il y a deux ans. Il avait alors 14 ans. En novembre dernier, grâce à une imprimante en 3 dimensions et l’inventivité de Not Impossible Labs, une "start-up à but non lucratif", le jeune homme a pu retrouver des bras.
 
En mars 2012, le fondateur de Not Impossible Labs, le Californien Mick Eberling, est bouleversé par un reportage qu’il vient de lire dans le "Time", consacré au travail d’un chirurgien spécialisé dans les amputations dans la zone montagneuse des Monts Nouba, au Soudan du Sud. Le jeune Daniel, opéré par le médecin, y témoigne : "Sans mains, je ne peux rien faire. Je ne peux même pas me battre. Je vais désormais devenir un poids pour ma famille. J’aurais préféré mourir".
 
Mick Eberling, qui a déjà confectionné des lunettes permettant aux personnes paralysées de communiquer grâce au mouvement des pupilles, voit dans l’histoire de Daniel un défi digne des objectifs affichés par Not Impossible Labs : élaborer des "dispositifs gratuits pour les personnes faisant face à des défis physiques difficiles". Quelques mois plus tard, il s’envole pour le Soudan du Sud avec, en guise de bagages, deux imprimantes 3D, des plaques de plastique pour les alimenter et des bobines de câble. Et un plan fou, le "Project Daniel", en tête.
 
L’homme parvient à retrouver Daniel. Grâce aux imprimantes et avec l’aide du docteur Catena, le médecin américain installé au Soudan qui avait opéré le jeune garçon, il élabore une prothèse fonctionnant grâce à un système de câbles reliés au moignon, qui ouvrent et ferment la main en fonction de la position du reste du bras. Un système qui rend son usage limité : elle ne fonctionne que si la totalité du bras n’a pas été amputée. La prothèse doit aussi être améliorée, précise Mick Eberling dans le "Time" car pour le moment, elle n’apporte pas une précision de mouvement extraordinaire et ne permet pas de porter de lourdes charges.
 
Acquérir de l’autonomie

Pour autant, grâce à elle, Daniel a pu, pour la première fois en deux ans, tenir une cuillère et s’alimenter sans aide. "Permettre à Daniel de se nourrir seul était un aussi grand moment que la naissance de mes enfants", témoigne Mick Eberling dans "The Guardian".

Le père de Not Impossible Labs est rentré en Californie, laissant ses imprimantes 3D dans un hôpital sud-soudanais. Avant de partir, il a formé plusieurs personnes – dont le jeune Daniel – à l’utilisation du matériel, pour que l’expérience puisse se poursuivre. Mais il craignait tout de même que la main artificielle de Daniel ne reste qu’un projet unique. Une peur infondée : lorsqu’il rallume son téléphone après son vol de retour, un message l’attend. "Le docteur Catena me disait : ‘Nous avons fini deux bras [artificiels] pendant que vous étiez dans les airs’", raconte Mick Eberling au "Guardian".

Depuis qu’il est rentré, un bras, en moyenne, est fabriqué chaque semaine à l’hôpital. Mick Eberling appelle régulièrement le docteur Catena, et envoie les plaques de plastique pour alimenter l’imprimante 3D. La prothèse inventée par Not impossible Labs commence à connaître un certain succès dans ce pays, où les nombreux affrontements ont mutilé des dizaines de milliers de personnes.
 
"Au début, les enfants souhaitaient avoir des bras faits d’un plastique à la couleur proche de celle de leur peau, parce qu’ils ne voulaient pas se faire remarquer", raconte Elliott Kotek, co-fondateur de Not Impossible Labs, interrogé par "The Guardian". Mais petit à petit, alors que ces prothèses se répandent, des plastiques de couleur ont fait leur apparition pour la confection de bras artificiels, du turquoise au rose flashy. Un succès d’autant plus grand qu’un bras peut être fabriqué en l’espace de six heures, pour un coût total d’environ 75 euros

 

Première publication : 20/01/2014

  • ROYAUME-UNI

    Premier vol d'un avion de chasse équipé de pièces imprimées en 3D

    En savoir plus

  • ÉTATS-UNIS

    Pistolet imprimé en 3D : le concepteur dans le viseur du gouvernement américain

    En savoir plus

  • TECHNOLOGIE

    Baptême du feu réussi pour le premier pistolet imprimé en 3D

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)