Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'UE suspend une série de sanctions économiques contre Téhéran

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/01/2014

L'UE a suspendu, lundi, une série de sanctions économiques contre l'Iran pour une durée de six mois, après que Téhéran a gelé ses activités d'enrichissement d'uranium à 20 %, conformément à l'accord conclu avec les grandes puissances.

Conformément à l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances, Téhéran a commencé à débrancher les assemblages des centrifugeuses permettant d’enrichir l’uranium à 20 % sur le site de Natanz, selon la télévision publique. En retour, l'Union européenne (UE) a suspendu, lundi 20 janvier et pour une durée de six mois, une série de sanctions économiques contre la République islamique. De son côté, Washington a également annoncé un assouplissement des sanctions américaines.

L'accord conclu le 24 novembre à Genève par Téhéran et les 5+1, (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) prévoit en effet la limitation de l'enrichissement de l'uranium par Téhéran à de faibles niveaux. En contrepartie, les six puissances diplomatiques se sont engagées, sur une durée de six mois, à lever une partie de leurs sanctions équivalent à près de 7 milliards de dollars (plus de 5 milliards d'euros).

"Holocauste nucléaire"

L’accord prévoit notamment la fin des restrictions sur les exportations pétrochimiques, le commerce de l'or, l’arrêt des sanctions contre l'industrie automobile et le déblocage progressif de 4,2 milliards de dollars des avoirs iraniens gelés dans le monde. Les exportations de pétrole devraient, quant à elles, se maintenir à leur niveau actuel.

Pour une levée totale des sanctions, Téhéran devra accepter des restrictions plus importantes et permanentes de ses activités nucléaires.

Les tenants de la ligne dure en Iran, où le programme nucléaire est vu comme une source de fierté nationale, pourraient considérer ces exigences comme trop importantes. Dès lundi, le quotidien conservateur "Vatan-Emrouz" qualifiait les premières mesures d'"Holocauste nucléaire dans lequel la majorité des activités nucléaires de l'Iran seront stoppées".

La route sera "longue"

Le chemin à parcourir durant les six prochains mois est semé de nombreux écueils susceptibles d'enrayer le processus, à commencer par d'éventuelles nouvelles sanctions que déciderait le Congrès américain contre la République islamique.

Le président Barack Obama, qui essaie de persuader les élus américains de ne pas voter de nouvelles sanctions, a estimé en décembre à "50-50" les chances de conclure un accord. Une estimation jugée "extrêmement optimiste" par Mark Fitzpatrick, tandis que le président iranien, Hassan Rohani, a prévenu que la route vers un accord serait "longue".

L'enrichissement, effectué à l'aide de centrifugeuses, est au centre des inquiétudes de la communauté internationale, car un uranium hautement enrichi peut servir à la fabrication d'une bombe atomique, même si la République islamique a toujours nié vouloir se doter d'un arsenal nucléaire.

Avec Reuters
 

Première publication : 20/01/2014

  • IRAN

    Nucléaire iranien : l'accord sera appliqué le 20 janvier

    En savoir plus

  • Nucléaire iranien

    L'Iran suspend les négociations sur le nucléaire après une décision américaine

    En savoir plus

  • Nucléaire iranien

    Sanctions contre l'Iran : Washington étoffe sa liste noire

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)