Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'UE suspend une série de sanctions économiques contre Téhéran

© AFP

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 20/01/2014

L'UE a suspendu, lundi, une série de sanctions économiques contre l'Iran pour une durée de six mois, après que Téhéran a gelé ses activités d'enrichissement d'uranium à 20 %, conformément à l'accord conclu avec les grandes puissances.

Conformément à l'accord nucléaire conclu entre l'Iran et les grandes puissances, Téhéran a commencé à débrancher les assemblages des centrifugeuses permettant d’enrichir l’uranium à 20 % sur le site de Natanz, selon la télévision publique. En retour, l'Union européenne (UE) a suspendu, lundi 20 janvier et pour une durée de six mois, une série de sanctions économiques contre la République islamique. De son côté, Washington a également annoncé un assouplissement des sanctions américaines.

L'accord conclu le 24 novembre à Genève par Téhéran et les 5+1, (États-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) prévoit en effet la limitation de l'enrichissement de l'uranium par Téhéran à de faibles niveaux. En contrepartie, les six puissances diplomatiques se sont engagées, sur une durée de six mois, à lever une partie de leurs sanctions équivalent à près de 7 milliards de dollars (plus de 5 milliards d'euros).

"Holocauste nucléaire"

L’accord prévoit notamment la fin des restrictions sur les exportations pétrochimiques, le commerce de l'or, l’arrêt des sanctions contre l'industrie automobile et le déblocage progressif de 4,2 milliards de dollars des avoirs iraniens gelés dans le monde. Les exportations de pétrole devraient, quant à elles, se maintenir à leur niveau actuel.

Pour une levée totale des sanctions, Téhéran devra accepter des restrictions plus importantes et permanentes de ses activités nucléaires.

Les tenants de la ligne dure en Iran, où le programme nucléaire est vu comme une source de fierté nationale, pourraient considérer ces exigences comme trop importantes. Dès lundi, le quotidien conservateur "Vatan-Emrouz" qualifiait les premières mesures d'"Holocauste nucléaire dans lequel la majorité des activités nucléaires de l'Iran seront stoppées".

La route sera "longue"

Le chemin à parcourir durant les six prochains mois est semé de nombreux écueils susceptibles d'enrayer le processus, à commencer par d'éventuelles nouvelles sanctions que déciderait le Congrès américain contre la République islamique.

Le président Barack Obama, qui essaie de persuader les élus américains de ne pas voter de nouvelles sanctions, a estimé en décembre à "50-50" les chances de conclure un accord. Une estimation jugée "extrêmement optimiste" par Mark Fitzpatrick, tandis que le président iranien, Hassan Rohani, a prévenu que la route vers un accord serait "longue".

L'enrichissement, effectué à l'aide de centrifugeuses, est au centre des inquiétudes de la communauté internationale, car un uranium hautement enrichi peut servir à la fabrication d'une bombe atomique, même si la République islamique a toujours nié vouloir se doter d'un arsenal nucléaire.

Avec Reuters
 

Première publication : 20/01/2014

  • IRAN

    Nucléaire iranien : l'accord sera appliqué le 20 janvier

    En savoir plus

  • Nucléaire iranien

    L'Iran suspend les négociations sur le nucléaire après une décision américaine

    En savoir plus

  • Nucléaire iranien

    Sanctions contre l'Iran : Washington étoffe sa liste noire

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)